Le leadership local féminin existe-t-il vraiment ?

Leadership L'Economiste Maghrébin

Le leadership ne devrait pas être un concept destiné aux hommes. Mais bien au contraire, il peut être décliné au féminin. Ainsi, le Programme pour un leadership municipal inclusif est né pour une société meilleure. Il s’agit d’un programme soutenu par les Affaires Mondiales Canada et le ministère des Affaires locales.

Présente lors de l’atelier, Vicki-May Hamm, présidente de la Fédération Canadienne des Municipalités met l’accent sur les avantages du Programme de leadership municipal inclusif. Selon elle, à travers ce programme, les capacités de plusieurs intervenants clés sont renforcées. A savoir, le développement de divers outils, la documentation de certaines bonnes pratiques qui pourront ensuite être partagées à l’échelle du pays.

De son côté, Mokhtar Hammami, ministre des Affaires locales rappelle que le leadership commence petit et s’agrandit après. Il précise dans ce contexte : « Le leadership exige de la créativité et doit s’adapter au changement. Or pour créer l’innovation, il faut créer l’Homme différent. »

Mokhtar Hammami : « L’économie sociale et solidaire est notre essor »

Il ajoute : « Ce n’est pas une réglementation, des textes juridiques, qu’il nous faut, mais un modèle socio-économique à changer d’urgence comme l’économie sociale et solidaire qui est notre essor. »

Présente lors de l’événement, Carole Mcqueen, l’Ambassadrice du Canada en Tunisie salue la présence des femmes élues et estime que cela renforcera le développement inclusif local. 

PLMI : former au moins 300 femmes et leaders locales

Par ailleurs, Souad Abderrahim, maire de Tunis, met l’accent sur la présence égalitaire de femmes dans les conseils municipaux. « Le défi actuel est d’implémenter une approche inclusive dans la planification et la prise de décision au sein des communes. C’est exactement cet objectif que nous souhaitons atteindre à travers ce programme », poursuit-elle.

Plusieurs intervenants misent sur le leadership local féminin. Comme c’est le cas de Neila Akrimi, Directrice Générale du CILG VNG International, qui affirme, qu’à travers le leadership local féminin, on met en pratique les principes de la gouvernance inclusive.

Carole Mcqueen , Vicki-May Hamm, Neila Akrimi, Souad Abderrahim et Mokhtar Hammami présents lors de la signature de conventions de coopération

Elle poursuit : « C’est ce qu’entend mettre en œuvre le PLMI. D’ailleurs, il apportera un appui technique et financier à des projets pilotes choisis par les municipalités bénéficiaires en concertation avec la société civile et les citoyens. »

Il est à noter que le Programme de leadership municipal inclusif a pour objectif d’assurer aux citoyennes et femmes leaders plus de présence et d’influence dans la gestion des affaires communales.

Senim Ben Abdallah, expert du CILG VNG International, souligne que le programme a pour objectif de former au moins 300 femmes et leaders locales.

Plus de renforcement des capacités des femmes leaders locales

De ce fait, les experts du PLMI se sont étalés sur les différentes phases et les multiples niveaux de celui-ci. Plus de renforcement des capacités des femmes leaders locales accompagné d’un soutien aux institutions nationales impliquées dans l’accompagnement des Collectivités locales pour une gouvernance locale décentralisée, démocratique et inclusive. Telles sont les principales recommandations de l’atelier.

En effet, l’accompagnement du PLMI visera aussi bien les conseils et les administrations communales que les organisations de la société civile, en particulier les organisations de femmes.

La signature de conventions de coopération entre la Fédération Tunisienne des Villes Tunisiennes, la Fédération Canadienne des Municipalités et le CILG VNG International a eu lieu en fin de l’atelier. Suivies d’autres conventions de signatures entre le CILG VNG International et les huit communes.

L’objectif de ces conventions apportera un appui technique visant à renforcer leur capacité à livrer des services inclusifs. 

En clair, la convention comprend l’appui à huit communes de six gouvernorats, situées essentiellement dans les régions du nord-ouest et du nord-est du pays. Il s’agit de Ain Es-Sobh-Nadhour, Sidi Bourouis, El Marja, Fondouk Ejedid – Seltene, Hammem Chatt, Menzel Abderrahmen, Nabeul et Tabarka. Parmi ces communes, trois sont nouvellement créées et trois sont présidées par des femmes.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here