La société civile s’organise en 5ème pouvoir

citoyen

Susciter des associations indépendantes devant l’état de déliquescence des institutions politiques et économiques et dans un sursaut patriotique voilà qui semble une voie prometteuse pour la Tunisie de demain.

Certains parlent même d’une société civile unie. Comme le cas de plusieurs associations concernées par la chose publique ayant décidé de se fédérer pour sauvegarder le  bien commun au nom de l’intérêt général. FICRA, la Fédération des initiatives citoyennes pour une République alternative, est née de cette volonté partagée d’unir leurs forces car la gravité de la situation l’impose. Leur souhait est de recréer un sentiment de confiance et d’espoir dans l’avenir et de permettre à sa jeunesse de contribuer à la construction de la Tunisie. Tel est le thème du colloque de 36 associations qui se sont réunies hier sous le thème: « Remplacer les ego par le drapeau ». 

Neila Charchour, membre fondateur de Tunisie en Action et militante de la société civile rappelle que l’objectif est celui de traduire une vision unifiée. Elle précise: « Si nous sommes unis c’est dans l’intérêt du citoyen tunisien et non dans l’intérêt d’un mouvement ou un groupe de personnes. »

Le 5 ème pouvoir est la société civile

Le 5 ème pouvoir est la société civile. Autrement dit, ce sont des citoyens qui sont dans leur rôle et sont conscients de leurs responsabilités. Elle ajoute: « Le citoyen a un rôle à jouer y compris les jeunes. Même s’ils se sentent exclus du paysage politique car on n’a pas su décoder leur langage ou  encore on ne sait pas leur parler. Il est important  ce que les jeunes se mobilisent.

Et de poursuivre: « Car il s’agit de leur avenir et non plus le nôtre. Aujourd’hui, j’ai plus de 60 ans, mon avenir est derrière moi ». 

Interrogée sur le vote utile, pour contrer Ennahdha, déployés par certains partis politiques? Mme Charchour répond: « Je ne suis pas sûre de ce qui existe aujourd’hui, existera en novembre et en décembre. Mais je sais une chose, moi qui suis libérale, je suis heureuse d’avoir l’UGTT parce que finalement elle reste le rempart et Ennahdha ne jouera pas seul ». 

Et de continuer: « Or une République est basée sur les citoyens. Et ce sont le citoyens qui font la dictature ou la démocratie, ce n’est pas le pouvoir qui le fait. »

Neila Charchour: « Nous sommes le produit de nos choix »

Selon elle, il faudrait que le citoyen prenne conscience de sa valeur et de son poids. Mme Charchour indique: « Nous sommes le produit de nos choix. Nous avons applaudi Ben Ali et il est resté au pouvoir 23 ans puis  on l’a mis dehors il est parti le 14 janvier 2011. Et la révolution c’est lui qui l’a faite en fuyant comme un rat. »

Ainsi FICRA déclare sa volonté d’unir la société civile pour constituer le syndicat des citoyens. Passer d’une force de proposition à une force d’influence et de pression. Redonner confiance aux jeunes pour s’engager politiquement et aller voter. Construire une vision pour l’avenir porteuse d’espoir. Cette vision sera écrite ensemble et par tous dans le cadre de notre Livre Blanc Tunisie 2030. Ce sont les recommandations de cette mobilisation d’hier. 

Cela dit, beaucoup d’interrogations nécessitent des réponses. Quel Projet innovant et novateur pour la Tunisie 2030? 

Marouane Bouloudhnine, président de Houmet Tounes, met l’accent sur l’importance de se projeter en Tunisie 2030. Il souligne : comment peut-on construire un pays démocratique qu’il soit ouvert stable qui donne la juste parole, tout en s’appuyant sur la démocratie participative ? Voilà ce qui devrait être fait ». 

Marouane Bouloudhnine: rien n’est impossible

 « Il faut lutter contre les inégalités sociales, les irrégularités, lutter contre les injustices sociales car ce n’est pas à travers l’injustice sociale qu’on va pouvoir construire un pays. Il faut que chacun puisse trouver sa place dans la société ».

Il conclut: « Nous n’acceptons pas d’être métastasés par des Tunisiens qui viennent de nulle part, à titre d’exemple les islamistes. Et il est grand temps que la majorité silencieuse sorte de son silence et prenne sa juste place ».

Les militants de la société civile se prononcent en insistant sur le drapeau avant les ego et fini le temps de la palabre, le temps de l’action est venu. 

Les élections 2019 arrivent à grands pas. Et pour se constituer en 5 ème pouvoir, les militants veulent aller de l’avant tout en constituant une force au service du pays et non pas à des fins personnels. 

Par ailleurs, FICRA appelle ainsi toutes les associations, les mouvements citoyens et les personnalités concernées par l’avenir du pays à rejoindre le cercle des associations fondatrices car il s’agit d’une liste ouverte à toutes les forces vives de la nation qui partagent leurs valeurs et leur vision.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here