Commerce : le marché russe s’ouvre à l’agroalimentaire tunisien

« Le Marché russe : quelles opportunités pour les entreprises Tunisiennes ? ». Cette problématique a été le thème de la dernière Matinale de l’exportation, organisée périodiquement par le Centre de promotion des exportations ( CEPEX ).

Lors de la dernière session, Tatiana Sadofieva, présidente du Conseil d’affaires tuniso-­russe, a annoncé que la Russie a décidé une baisse de 25% des taxes douanières sur les produits tunisiens exportés vers le marché russe.

Cette dernière édition des Matinales de l’export a été animée par un panel de hauts responsables, des experts et de professionnels tunisiens et russes.

Cette baisse des taxes douanières intéresse tous les produits tunisiens exportés vers le marché russe, mais les produits agroalimentaires restent les plus privilégiés, d’autant que des pays concurrents à la Tunisie telles la Turquie et l’Ukraine, l’Union européenne notamment, n’exportent plus sur le marché russe.

La présidente du Conseil d’affaires tuniso-­russe a déclaré que « les produits agroalimentaires tunisiens bénéficient de l’engouement des consommateurs russes pour leur qualité supérieure ». Mais pour bénéficier de cette baisse, les entreprises tunisiennes désirant exporter sur la Russie doivent nécessairement établir une liste précise des prix pour les produits qu’elles destinent à l’exportation.

Cette ouverture du marché russe sur les produits tunisiens vient après l’embargo imposé par la Russie, dans le cadre de la crise ukrainienne, contre les produits alimentaires en provenance de pays occidentaux ( Union européenne, USA, Australie, Canada et Norvège ). 

La Russie, deuxième importateur mondial de fruits

La Russie est classée comme étant le deuxième plus grand importateur mondial de fruits, le quatrième de légumes et le cinquième de produits agroalimentaires. En 2013, les importations russes ont été estimées à 40,2 milliards de dollars.

Actuellement, les exportations tunisiennes vers la Russie demeurent très faibles et ne dépassent guère les 30 millions de dollars, contre près d’un milliard de dollars pour les importations tunisiennes en provenance de Russie.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here