AMT: Nécessité de répondre aux demandes des magistrats pour annuler la grève

AMT-magistrats-

Le président de l’AMT association des magistrats tunisiens Anas Hamadi a fait savoir que pour annuler  la grève des magistrats, il va falloir répondre  aux demandes des magistrats. A savoir l’importance de l’adoption d’un protocole sanitaire dans les tribunaux, l’amélioration des conditions de travail et la réforme de tout le système judiciaire.

Le président de l’AMT a estimé que l’exacerbation de la situation judicaire résulte des récentes déclarations du ministre de  la Justice. Rappelons que le ministre de la Justice  a qualifié les mouvements de protestation des magistrats de « graves et irresponsables ».

Anas Hamadi a souligné la portée d’un dialogue responsable et constructif avec la présidence du gouvernement et la présidence de la République. Et ce sur l’encadrement sanitaire des juges, surtout dans cette conjoncture difficile marquée par l’épidémie du coronavirus.

Tout comme il a insisté sur l’amélioration des situations financières, la révision de l’échelle salariale des juges et le développement des textes législatifs et lois régissant le système judiciaire.

Il a, par ailleurs, considéré que « les mouvements de protestations des magistrats et leur entrée en grève de longue durée est un état de fait sans précédent », faisant valoir que cette situation exige la continuation du militantisme. Et ce pour protéger le corps judicaire de la marginalisation. Mais aussi de préserver les droits des justiciables et consolider les fondements de la justice.

Et d’ajouter : « nous sommes obligés de défendre le corps judiciaire pour éviter l’effondrement de l’Etat. Notre espoir est de poursuivre le dialogue avec la présidence du gouvernement sur des bases solides pour mieux servir  les citoyens et garantir l’indépendance du corps judicaire et sa neutralité ».

Par ailleurs, M. Hamadi a évoqué, dans ce contexte, la compréhension de l’ensemble des juges pour ce qui concerne la situation financière du pays, mais l’amélioration des situations financières des juges, selon les normes internationales. Ce qui  devient une condition sine qua non pour éviter toute suspicion pouvant caractériser l’environnement des juges. Ce qui pourrait nuire ainsi à leur  crédibilité et leur indépendance.

En somme, le débat instauré dans l’assemblée nationale des juges a tourné autour de l’évaluation de l’ensemble des mouvements de protestation et leur continuité, selon les résultats du dialogue avec le gouvernement. Et en particulier les réclamations des juges et les moyens d’améliorer les conditions de travail dans les tribunaux.

Il convient de rappeler que le syndicat des magistrats tunisiens a décidé, à l’issue de sa réunion samedi dernier, de poursuivre la grève générale jusqu’au vendredi 4 décembre 2020, à condition d’exclure les affaires concernant les demandes de libération des personnes arrêtés, les procès de terrorisme et de corruption financière.

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here