L’enseignement privé revendique une trêve sociale et politique

enseignement privé - l'économiste maghrebin

L’Union Tunisienne des Instituts privés pour l’éducation et la formation (UTIPEF) interpelle tous les intervenants du secteur. Et ce, pour la réalisation d’une trêve sociale et politique dans l’enseignement privé. C’est ce qui ressort du communiqué publié par l’institution, aujourd’hui 3 août.

En effet, l’UTIPEF, qui représente une partie des institutions de l’enseignement privé, revendique cette trêve. Et elle se positionne en soutien au « nouveau gouvernement pour qu’il puisse effectuer des réformes audacieuses pour arrêter l’hémorragie ». Mais aussi qu’il « rétablisse la confiance, et donne de l’espoir aux Tunisiens, notamment aux jeunes ».

Dans le même sillage, l’institution considère que le gouvernement Mechichi obtient la confiance de l’ARP dans une conjoncture socio-économique critique.

Par ailleurs, l’UTIPEF affirme qu’elle est prête à participer à toute concertation visant à la réforme de l’enseignement en Tunisie. Et ce, afin d’assurer un enseignement de qualité pour les élèves et les prochaines générations.

Car, rappelons que tous les établissements de l’enseignement privé en Tunisie ont dû suspendre leurs activités depuis le mois de mars. Et ce, suite au confinement imposé par le gouvernement Fakhfakh, dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus. Sachant que cette crise a ouvert un grand débat sur l’enseignement à distance, comme solution à ce type de crise.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here