La Tunisie réaffirme son attachement à l’intégration africaine

tunisie-intégration africaine-

La Tunisie réaffirme son attachement à l’intégration africaine, fondée sur une vision complète et progressiste. Où les citoyens africains représentent une force active sur la scène mondiale.

Et ce, à l’occasion de la célébration, mardi 7 juillet, du premier anniversaire de l’entrée en vigueur de la Zone de Libre-échange Continentale Africaine (ZLECAF); dont l’accord a été signé lors du sommet de Niamey (Niger). Ainsi, la Tunisie réitère son engagement à la consécration du processus d’intégration. C’est ce qu’on peut lire dans un communiqué publié lundi par le ministère des Affaires étrangères.

Cette intégration favorisera une croissance globale et pérenne du continent africain. Et ce, via l’impulsion de l’investissement. Ainsi que la création de postes d’emploi au profit des jeunes africains. Comme l’indique le même document.

La Tunisie salue, à cette occasion, l’Union Africaine pour les efforts déployés afin de faire face à la crise de Covid-19. Tout en ajoutant que cette pandémie a démontré « la fragilité des économies de plusieurs pays africains ». D’où l’importance de l’identification d’une stratégie globale. Cette dernière permettra aux pays africains de surmonter la stagnation économique.

A noter les travaux de la 33ème session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA, se tenait dans la capitale Addis-Abeba. Et ce, les 9 et 10 février 2020. Elle a été l’occasion de passer en revue plusieurs dossiers.
Il s’agit notamment de la réforme des institutions de l’UA. Ainsi que la mise en place de la zone de libre-échange en Afrique. Mais aussi les questions de paix et de sécurité dans le continent et l’élection d’un nouveau président de l’UA pour l’année 2020.

La ZLECAF se base, rappelons-le, sur la suppression des barrières douanières entre les Etats africains. Tout en laissant libre cours à chaque pays d’appliquer sa politique commerciale. Son objectif ultime est de doubler le commerce intra-africain. Et ce, avec un profit annuel d’environ 35 milliards de dollars, d’ici à 2021.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here