Racisme envers les Afro-américains: le décès de George Floyd indigne

george floyd-décès-

La vidéo révolte, indigne! Il s’appelait George Floyd. La scène est insoutenable et pourtant! Elle s’est passée aux Etats-Unis. Cet homme est mort ainsi sous nos yeux uniquement parce qu’il était noir!!!

« Je ne peux pas respirer! Je ne peux pas respirer! » « Ne me tuez pas! »
« Je ne peux pas respirer! Je ne peux pas respirer! » « Ne me tuez pas! »

Voici les dernières phrases que George Floyd a prononcé avant de mourir à même le bitume. Il a été assassiné de sang froid par le policier blanc. Ce dernier lui a littéralement écrasé la trachée durant plusieurs minutes. 

Le policier reste immuable malgré les supplications des passants. George Floyd lance un « Mama ! », un appel désespéré qui vous crève littéralement le cœur. Et pourtant! L’homme en uniforme savoure calmement sa toute puissance sur le corps noir.

‘I have a dream’

Malcom X ou encore Martin Luther King sont-ils morts pour rien?

A t-on déjà oublié le discours « I have a dream » de Martin Luther King, Jr? Sur les marches du Lincoln Memorial à Washington D.C. le 28 octobre 1963, il avait alors déclaré:

« Donc, mes amis aujourd’hui je vous dis que quoique nous devions faire face aux difficultés d’aujourd’hui et de demain, j’ai tout de même un rêve.

C’est un rêve qui s’enracine dans le rêve américain. Je rêve qu’un jour cette nation se dressera et fera honneur à la vraie signification de son credo. Nous tenons ces vérités comme évidentes, que tous les hommes sont créés égaux.

Un rêve qu’un jour sur les collines rouges de Géorgie, les fils des anciens esclaves et les fils des anciens propriétaires d’esclaves pourront s’asseoir ensemble à la table de la fraternité.

Je rêve qu’un jour, même l’état du Mississippi, un état qui étouffe dans la fournaise de l’injustice, qui étouffe dans la fournaise de l’oppression, sera transformé en une oasis de liberté et de justice.

Je rêve que mes quatre jeunes enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés par la couleur de leur peau, mais à la mesure de leur caractère. »

Aujourd’hui, il faut condamner fermement le racisme institutionnel!

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here