Le 33ème congrès de l’OECT braque la lumière sur la révolution digitale

OECT -l'économiste maghrebin

Le 33ème  Congrès international de l’Ordre des experts-comptables – OECT se tiendra les 27 et 28 février, à la Cité de la Culture, à Tunis.

En effet, pour braquer la lumière sur l’événement, l’OECT a tenu une conférence de presse, aujourd’hui à J-2 de l’événement. Le choix du thème, à savoir « La révolution digitale : défis et apport pour l’économie tunisienne » montre bel et bien que le sujet s’inscrit dans le cadre des innovations technologiques et de la nécessité de les suivre.

Car, l’enjeu est de taille. D’ailleurs d’après le président de l’OECT Slaheddine Zahaf, l’Ordre est bel et bien conscient de l’ampleur des innovations technologiques et la préparation à la révolution digitale. Pour lui, la révolution aura son impact sur tous les secteurs économiques. Par ailleurs, il attire l’attention sur le fait que plusieurs corps de métiers, comptables et administratifs, ne se sont pas conformé avec les opportunités qu’offrent la digitalisation et le numérique.

Inutile d’échapper aux avancées technologiques

En outre, ce n’est pas uniquement cela. Pour argumenter ses propos, l’intervenant estime que la Tunisie est en retard de 15 à 20 ans dans les technologies. Dans le même sillage, il souligne l’importance de rattraper le retard. Ceci montre, bien évidemment une contradiction pour un pays qui a misé sur l’intellect. Et ce, depuis l’indépendance jusqu’aux années 2000.

Mais voici que la dernière décennie montre que les Tunisiens ne se préoccupent que d’affaire politico-politicienne. Le verdit est sans appel. « Inutile d’échapper aux avancées technologiques », lance-t-il. Sans préciser de quelle étude il s’agit, l’intervenant affirme que ce retard assène un coup dur à l’économie tunisienne, soit -2% de taux de croissance ».

L’OECT reçoit 1000 invités dont 50 experts-comptables et comptables

Par ailleurs, les chiffres montrent bel et bien que le congrès sera un événement majeur. Et, comme Président du Comité d’Organisation du congrès, Jamel Sassi affirme que si l’Ordre a choisi la Cité de la Culture, c’est parce que le nombre des participants atteindra 1000 personnes dont 50 experts-comptables et comptables. Dans le même contexte, il souligne la qualité des experts-comptables qui interviendront dans le cadre de l’événement. Des ministres, députés et autres personnalités issues de plusieurs secteurs vont y participer, précise-t-il.

Cependant, le vice-président de l’OECT et consultant en intelligence artificielle, Maher Gaida, ne manque pas d’afficher son inquiétude. Car les avancées technologiques et la notion même de l’intelligence artificielle constituent une réelle menace pour plusieurs métiers. Puisque la disparition de plusieurs métiers n’est pas à exclure dans les trente ans à venir, poursuit-il.

De la nécessité d’être visionnaire

Pour cette raison, il appelle à bien se préparer à ces mutations. Cela se fait, d’après lui, par la mise à niveau des fonctionnaires et des employés. De même, l’intervenant estime que le gouvernement doit inclure la programmation dans les programmes scolaires depuis l’école primaire. Et d’estimer que les élèves depuis l’âge de 10 ans doivent s’initier à la programmation en Python. En effet, parmi les objectifs principaux de l’événement : la vulgarisation et la démystification de plusieurs notions. A l’instar de la révolution digitale, les GAFA, l’Intelligence Artificielle et le Deep Learning.

Néanmoins, tout en reconnaissant, l’importance des nouvelles technologies, l’intervenant en souligne les méfaits. Et surtout en ce qui concerne l’espionnage et l’instrumentalisation des données personnelles. Pour lui, les experts-comptables doivent être à l’écoute de la révolution digitale et en bénéficier dans leurs cabinets. Il est à noter que l’événement se déroulera sous forme de travaux en séances plénières, panels et workshops.

En sessions plénières, quatre thèmes principaux seront abordés :

Sessions plénières :
– Enjeux de la révolution digitale et ses impacts;
– Stratégie de transformation digitale réussie, une réalité à méditer;
– Menaces du digital, Dark web, espace cybernétique, souveraineté cybernétique,
– La transformation à l’ère du digital : rôle de l’expert-comptable.

Panel d’experts :
Identification des facteurs-clés de succès dans un projet de transformation numérique.

Workshops :

Atelier 1 :
Fin-Tech et Reg-Tech un impératif stratégique pour le secteur financier : quelles opportunités?
Atelier 2:
Transformation de la fonction finance et nouvelles technologies, focus sur la RPA et l’automatisation intelligente.
Atelier 3:
Smart City comme levier de développement de nouveaux services performants.
Atelier 4 :
Stratégie du gouvernement en matière de transition numérique et digitalisation de l’administration publique.
Atelier 5 :
La transition numérique : opportunités pour la profession et gestion dématérialisée du cabinet.
Atelier 6 :
Convergence digitale du monde financier.
Atelier 7 :
Les incubateurs de performances digitales.
Atelier 8 :
Industrie 4.0 : quels enjeux pour la Tunisie.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here