L’édition 2020 du Classement annuel des entreprises tunisiennes

Sommaire classement entreprises 2020

L’Economiste Maghrébin publie l’EDITION 2020 du Classement annuel des entreprises tunisiennes.

Dans ce numéro de 160 pages, l’Economiste Magrébin fait le point sur le palmarès des entreprises tunisiennes. En effet, certains de nos groupes, vastes conglomérats aux multiples activités tout autant qu’un grand nombre d’entreprises, ne figurent pas sur notre répertoire 2020. Dans la plupart des cas, nos sollicitations étaient vaines. Certains préfèrent la pénombre à la lumière du jour, l’opacité à la transparence. Nous n’y pouvons rien.

S’agissant des secteurs, l’agroalimentaire se porte bien. La grande distribution est en plein essor et expansion, toutes griffes dehors. Les services liés à l’industrie, comme on peut le constater, ne décrochent pas. Et ce en dépit du recul des exportations. Le BTP, véritable pilier de l’économie – quand le bâtiment va tout va – porte les stigmates des contraintes budgétaires de l’Etat qui investit peu et débourse encore moins. L’industrie poursuit sa mue et sa transformation managériale.

Nous vous proposons d’ores et déjà de découvrir le sommaire de ce numéro :

Pour ce numéro, Nous avons interviewé plusieurs personnalités du monde des affaires et de l’économie.

Dr Boutheina Ben Yaghlane Ben Slimane, DG de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) a réussi à faire de la CDC le fonds des fonds en épousant leur cause : promouvoir les start-ups et remettre à flot et en ordre de marche des PME en mal de trésorerie et de gouvernance. Elle y contribue par son apport financier et son soutien moral.

Souheil Cheour, président-directeur général de l’Agence foncière industrielle (AFI) a une conscience aiguë de la responsabilité de l’AFI dans la promotion de l’investissement et s’engage pleinement à lui faire jouer son rôle du mieux qu’elle le pourra de prestataire de services dédié à l’investissement et au développement régional. Un travail d’orfèvre au nom de l’efficacité et de la rationalité. On le sent sûr de sa démarche et assuré de son projet. Il avance en terrain conquis. La passion en plus.

Ali Kooli, DG de Bank ABC, appelle à dépasser le stade des réflexions autour de la question économique et à avoir l’audace et le courage de tester ces réflexions sur le terrain car les plus grandes réflexions du monde ne valent que par l’action.

Nabil El Madani, directeur général de Banque Zitouna revient sur le rôle que peut jouer la finance islamique dans le développement de la Tunisie et sur la qualité des financements significatifs fournis à l’ensemble des agents économiques de la Tunisie qu’ils soient particuliers, professionnels ou entreprises. Ces derniers ont accaparé la part la plus importante en termes de financements octroyés en 2019, soit 72% du volume total des financements accordés.

Salem Nabgha, président de la Fédération nationale du transport relevant de l’UTICA,  évoque les tenants et aboutissants de la colère des transporteurs et l’amélioration de la situation depuis. Il y aborde, également, l’absence de stratégie en matière de logistique portuaire en Tunisie et plaide pour une vision cohérente qui toucherait le développement futur de tous les ports commerciaux du pays. Il s’est prononcé, aussi, pour des décisions courageuses visant à améliorer l’environnement des affaires dans le pays et l’attractivité du site Tunisie de production international.

Mohamed Rekik, directeur général du groupe la Rose blanche évoque pour nous les activités de recherche et les capacités d’innovation d’un groupe qui n’en finit pas d’élargir son périmètre d’action. De la fourche à la fourchette, en passant par de nouveaux développements dans l’énergie solaire moyennant de larges avancées managériales.

Analyses et chroniques

Vous trouverez à la page 60 l’analyse de Raouf Mhenni sur le capital humain, à la page 30 la chronique de Joseph Richard sur la relation Chine – USA, à la page 28 la chronique de Ridha Ben Slama sur la formation du prochain gouvernement, à la page 94 la chronique de Hmida Ben Romdhane sur la crise libyenne, à la page 98 la chronique de Khalifa Chater sur la Guerre Iran / USA. Et à la page 128, Habib Karaouli, PDG CAP Bank s’intérroge sur l’émergencede champions nationaux.

De la page 70 à la page 92, Bessem Ennaifer dresse un bilan des changements opérés en 2019 à la tête des entreprises et groupes tunisiens. C’est, en effet, un signe de bonne santé. Car il traduit la volonté des actionnaires de donner un coup de pouce à des sociétés. Celles-ci commencent à ressentir l’impact de longues années de détresse économique.

Les pages 100, 101 et 102 ont été consacrées à une présentation de l’économie polonaise.

L’Atlas de l’Economie Tunisienne

A partir de la page 110, Bassem Ennaifer publie la première version de l’Atlas de l’Economie Tunisienne avec 400 chiffres qui couvrent la période 2015-2019.

Vous trouverez, à partir de la page 132, les tableaux relatifs au classement des Groupes de Tunisie, des entreprises et des exportateurs selon leurs chiffres d’affaires réalisés en 2018.

Commander le Classement des entreprises tunisiennes ou s’abonner à L’Economiste Maghrébin :

Vous pouvez remplir ce bulletin et nous le renvoyer :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here