Abir Moussi: « Le PDL assume la responsabilité de préserver l’État civil indépendant et ses institutions »

Abir Moussi L'Economiste Maghrébin

La dirigeante du Parti destourien libre, Abir Moussi, a déclaré que son parti est « dépositaire de la préservation de l’État civil indépendant et de ses institutions ». Qu’il s’emploiera à défendre les acquis de l’État et à lutter contre les « phénomènes dangereux menaçant l’économie tunisienne et la vie sociale et politique ».

« Le PDL se battra pour révéler les faits et les dossiers de corruption et arrêter la destruction et la dévastation que connaît le pays », a déclaré Moussi. Et ce, jeudi soir à l’agence TAP, en marge d’un meeting à Tazarka, dans le gouvernorat de Nabeul. C’était l’occasion de la commémoration du 68e anniversaire des événements du 29 janvier 1952 survenus dans cette ville.

Moussi a ajouté que son parti travaillera pour former une coalition civile. Celle-ci comprend « les forces de la société civile et des organisations nationales rassemblées autour des options nationales du PDL. Et ce, dans le but de préserver l’État civil et ses constantes ».

Elle a souligné la nécessité de défendre les « acquis en politique étrangère, l’éducation, la santé, les droits des femmes et la paix sociale . Ceux qui sont menacés aujourd’hui par les voix appelant au chaos ».

 Appel à la reconnaissance des martyrs de la révolution  de janvier 1952

La dirigeante du PDL (17 députés) a appelé ses partisans à « resserrer les rangs » et à renforcer ses structures. Cela, en ralliant les forces vives et les cadres tout en s’ouvrant sur les associations. Elle ajoute qu’il n’y a pas de place pour des tiraillements et des conflits internes à ce stade. Sachant que le parti se prépare à célébrer son centenaire le 2 mars dans toutes les régions ».

Moussi a condamné « la marginalisation de la commémoration » de la révolution du 18 janvier 1952 au cours des dernières années. Elle affirme l’adoption par le PDL de l’héritage du mouvement destourien depuis sa création en 1920 à aujourd’hui. Elle précise : « d’autant plus qu’il est responsable de relancer ces événements historiques nationaux, d’honorer tous ceux qui ont combattu pour la Tunisie et de faire preuve de reconnaissance à tous les martyrs ».

Ont pris part au meeting les membres du bureau politique du parti, ses députés et ses partisans dans la région. Les participants ont récité la Fatiha à la mémoire des martyrs des événements de la révolution du 29 janvier 1952. Et ce, sur la place des Martyrs dans la ville de Tazarka.

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here