L’ancien premier ministre Hedi Baccouche tire sa révérence

hedi baccouche - l'économiste maghrebin

Le premier ministre du président déchu Ben Ali, Hedi Baccouche, n’est plus. Âgé de 90, il avait occupé de nombreux postes de 1987 à 1989.

Tout d’abord, Hedi Baccouche fait ses études en France durant les années 1950. En parallèle, il poursuit ses activités politiques au sein du syndicat étudiant de l’Union générale des étudiants de Tunisie. A l’époque, les autorités française l’arrêtent. Ce qui le fait remarquer par Habib Bourguiba qui l’accueille en personne, après sa libération.

Puis, durant les années 1960, il devient gouverneur et secrétaire du comité de coordination de Bizerte. Ce qui fait de lui un membre de droit du comité central du Parti socialiste destourien (PSD) après le congrès du Destin qui se tient à Bizerte en 1964. Ensuite, il deviendra successivement gouverneur de Sfax et de Gabès. Il est également maire de Hammam Sousse de 1960 à 1964.

Mais, limogé du poste de gouverneur dans le cadre de l’affaire Ahmed Ben Salah, il est acquitté en fin de compte par la Haute Cour chargée de cette affaire. Il devient par la suite PDG de l’Office national des pêches, puis conseiller au cabinet du Premier ministre Hédi Nouira. Cependant, tombé en disgrâce après le congrès du Progrès et de la Fidélité de 1979, il est envoyé comme consul général à Lyon. De 1981 à 1982, Baccouche est ambassadeur à Berne et auprès du Saint-Siège (Vatican). Et ce, avant de devenir ambassadeur en Algérie, puis directeur du PSD. En 1987, il est à la tête du ministère des Affaires sociales.

Et le 7 novembre 1987, il remplace Zine el-Abidine Ben Ali, qui venait de déposer le président Bourguiba, au poste de Premier ministre et de secrétaire général du PSD.

Enfin, le président Ben Ali le désignera comme membre de la Chambre des conseillers, à sa création en 2005. Il a également été membre du comité central du Rassemblement constitutionnel démocratique au pouvoir. Et ce, jusqu’à la dissolution de cette instance le 20 janvier 2011, dans le contexte de la révolution tunisienne.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here