Iyadh Elloumi: « Nous misons sur l’allègement de la pression fiscale »

Iyadh Elloumi

Iyadh Elloumi président de la commission des finances au sein de l’ARP et un des dirigeants du parti Qalb Tounes revient sur la hausse du budget de l’Etat. Il est estimé à 47.2 milliards de dinars. 

A cet égard, Iyadh Elloumi précise: « Nous ne sommes pas très convaincus par cette hausse. Cela dit, vous savez qu’il s’agit d’un gouvernement transitoire dont la politique est soldée par un échec. Du coup, parler d’une hausse du budget de l’Etat n’est qu’une question purement procédurale. » 

Par ailleurs, il déclare: « Du moment que nous ne voulons pas que le pays reste dans le flou, ce projet de loi de finance 2020 sera adopté. »

De plus, il ajoute que la commission de consensus examinera aujourd’hui dans l’après midi les 70 propositions des différents partis politiques. Et ce, dans le but d’équilibrer plus au moins le budget et de limiter l’endettement.

En effet, cette démarche s’inscrit dans le but de trouver un consensus entre les différentes coalitions. Pour donner probablement un nombre nettement inférieur de propositions.

En outre, se prononçant sur la prochaine composition, M. Elloumi souligne: « On fait tout pour que ce soit fait avant la fin de l’année. Je pense que la semaine prochaine, nous aurons un nouveau gouvernement. Cela ne sert à rien de continuer avec ceux qui ont échoué. » 

Et de poursuivre que le prochain gouvernement sera un gouvernement de compétences. « Tout le monde part avec de bonnes intentions. Et on n’a pas droit à l’erreur. Je pense que les solutions existent », dixit notre interlocuteur.

Alors, peut-on prévoir un autre modèle de développement économique? M. Elloumi estime que le diagnostic de notre économie est clair. Car, « nous misons sur l’allègement  de la pression fiscale pour les entreprises. Au lieu de 35% nous essayerons de négocier 17%. Si on arrive à avoir un taux de pression fiscale à 17%, il y aura un accroissement au niveau du PNB. Du coup, ce qu’on perdra en imposition, on le gagnera en productivité au niveau de la masse monétaire ». 

 

1 COMMENTAIRE

  1. Quelle erreur de croire que la baisse des taxes puisse relancer l’économie. Cela a été fait déjà dans beaucoup de pays avec des résultats très discutables: fin de la redistribution sociale avec une explosion de la pauvreté , inégalités extrêmes etc. Une société n’est pas un assemblage d’acteurs économiques, il y a des enfants, des grand mères des étudiants qui ont une importance sociale très importante, les négliger est une erreur grave, qui se paye très cher ensuite .Je vous rappelle que la période de croissance la plus forte des USA et de l’Europe s’est accompagné d’une fiscalité très forte et progressive. Roosevelt avait mis la tranche maxi à …92% au delà d’un million de dollars d’aujourd’hui, et la tranche supérieure est restée à 75% dans tous les grands pays industriels jusqu’en …1975 et la financiarisation des économies. Ne tombez pas dans le panneau de la vulgate économique qui est en train d’agoniser, informez vous. Que savez vous du shadow banking, (92 000 milliards..) du HFT, des CDS, des LBO ? ce sont des inventions anti économiques qui visent des gains à très court terme. Bâtissez une vraie économie avec de vrais salaires de vrais investissement et vous vous épargnerez les faillites comme celle de la Deutsch Bank qui est une question de mois.
    En toute amitié économique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here