Sami Fehri remis en liberté

sami fehri - l'économiste maghrebin

Le présentateur télé Sami Fihri, l’administratrice de la société Cactus Prod et le gérant de la société ont été remis en liberté. Mais ils restent interdits de voyage. L’interdiction est maintenue pour les autres accusés dans l’affaire de malversations dans cette société. Et ce, suite à la décision  du juge d’instruction du pole judiciaire économique et financier. A déclaré vendredi soir à l’agence TAP le porte-parole du pôle, Soufiène Sliti.

Il a précisé que que le ministère public a fait appel de la décision du juge d’instruction. Indiquant que le juge d’instruction a ouvert une enquête à l’encontre de 12 personnes impliquées dans cette affaire. Le chef d’inculpation principal retenu est le blanchiment d’argent. La subornation de fonctionnaire est le deuxième chef d’accusation retenu. Sami Fehri est le principal accusé dans cette affaire.

Pour rappel, le juge d’instruction a ordonné l’arrestation de Sami Fehri et l’administratrice judiciaire de Cactus Prod le 6 novembre dernier.  Et ce, suite à une plainte déposée par le responsable du Contentieux de l’Etat au nom du ministère des Finances. Précisément la commission nationale de gestion des biens confisqués.

En effet, la plainte concernait des soupçons de corruption imputables à l’administratrice judiciaire. Et ce  pour la conclusion délibérée de contrats contraires aux lois et dispositions en vigueur.

Le 29 octobre, le ministère public du pole judiciaire économique et financier avait ordonné l’interdiction de voyager de plusieurs suspects soupçonnés de corruption au sein de la société confisquée Cactus Prod. Y compris l’administratrice judiciaire de cette société, ainsi que l’homme de médias Sami Fehri et son épouse.

Retour sur l’affaire de Sami Fehri

Par ailleurs, l’affaire de la société de production « Cactus Prod » est pendante devant la justice depuis 2011. Elle concerne des dépassements commis par « Cactus Prod » sous l’ancien régime ayant causé de grosses pertes financières à l’Etablissement de la Télévision tunisienne.

Sont accusés dans cette affaire, outre le présentateur Sami Fehri, l’ancien ministre-conseiller auprès de la présidence de la République, Abdelwahed Abdallah et cinq directeurs généraux de l’établissement de la télévision tunisienne ainsi que Belhassan Trabelsi, beau-frère de l’ex-président Ben Ali, décédé récemment.

 

E.M. avec TAP

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here