E171 dans les dentifrices : quels sont les vrais risques de ce colorant?

C’est une étude de l’INRA datée du 20/01/2017 qui a dévoilé en premier la dangerosité du colorant connu sous le nom de E171. L’étude a été réalisée sur des rats et elle montre pour la première fois que l’E171 pénètre dans le sang, la paroi de l’intestin et se retrouve dans l’organisme. Omniprésent dans les dentifrices, le colorant E171 (dioxyde de titane) est  soupçonné de provoquer des troubles du système immunitaire et des lésions précancéreuses de l’intestin.

2/3 des dentifrices contiennent du dioxyde de titane !

L’ONG Agir pour l’Environnement a réalisé une enquête exclusive au mois de mars 2019 qui a révélé que 2/3 des dentifrices (271 sur 408 dont 25 bios) pour adultes et 1/2 pour enfants (29 sur 59) vendus en France contiennent du dioxyde de titane. Le dentifrice pour enfants « Signal Kids goût fraise » en contient même à l’échelle nanométrique. Aucun des dentifrices contenant du dioxyde de titane ne précise si le E171 est présent à l’état nanoparticulaire. Or, ce dernier est encore plus dangereux quand il est présent sous forme de nanoparticules et 47% de dioxyde de titane est présent sous forme de nanoparticules.

Cette étude a concerné 408 dentifrices dont 59 pour enfants, vendus dans les grandes surfaces, pharmacies, parapharmacies et magasins bio.

Le E171 permet de blanchir un produit, de le faire briller et d’améliorer la protection contre les UV. Il est présent dans les confiseries, les médicaments, les dentifrices, des cosmétiques, des crèmes solaires, des peintures.

Plus de 4 000 médicaments  en contiennent comme le Doliprane, Dafalgan, Efferalgan et les génériques de paracétamol, Advil et les génériques d’ibuprofène, Spasfon, Augmentin et génériques d’Amoxicilline, Tahor et Crestor (statines), les médicaments à base de metformine (antidiabétiques), d’omeprazole (contre les ulcères et le reflux gastro-œsophagien) et de losartan (antihypertenseurs). 650 compléments alimentaires aussi.

dafalgan-E171
Souce: quechoisir.org

En janvier 2020,  il va être interdit dans l’alimentation au vu de ces risques alors pourquoi ne pas l’interdire aussi dans les dentifrices ? D’après Magali Ringoot, responsable de la campagne sur les nanomatériaux à Agir pour l’Environnement l’exposition à cette substance est très élevé car elle est en partie ingérée par les enfants. Le contact est quotidien dans la bouche à travers une muqueuse fragile et perméable.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here