Festival de Cannes : l’Afrique en haut de l’affiche dans le palmarès

La 72ème édition du festival de Cannes s’est achevée avec un doublé pour les cinéastes du continent africain.

Atlantique de Mati Diop et Les Misérables de Ladj Ly récompensés en même temps au palmarès de la compétition officielle du festival de Cannes. La relève africaine est déjà là !

Cette année, les membres du jury composé notamment par Elle Fanning, Enki Bilal, Yorgos Lanthimos et Pawel Pawlikowski et présidé par le cinéaste aux cinq Oscars Alejandro Gonzalez Iñarritu ont décidé de décerner la palme d’Or au réalisateur Sud coréen Bong Joon-Ho pour son film Parasite. Si cette récompense suprême a mis tout le monde d’accord, les autres prix ont créé la surprise.

En effet, le Grand Prix n’est pas revenu à un grand maître du cinéma. Ils étaient pourtant nombreux cette année comme l’Anglais Ken Loach, les Américains Quentin Tarantino et Terrence Malik ou l’Espagnol Pedro Almodóvar. Le jury en a décidé autrement ! Il a ainsi récompensé Atlantique le premier long métrage réalisé par la franco sénégalaise Mati Diop.

De plus, le Prix du Jury est revenu à Les Misérables le premier long-métrage aussi du franco-malien Ladj Ly. Le cinéma Africain n’espérait pas autant de récompenses !

Qui est Mati Diop la réalisatrice d’Atlantique primée

Mati Diop est née en 1982 dans une famille d’artistes et de musiciens. Elle est la fille du musicien sénégalais Wasis Diop et aussi la nièce du célèbre cinéaste Djibril Diop Mambety. Ce dernier ayant reçu en 1973 le Prix de la critique internationale à Cannes.

L’idée du film a commencé en 2009, Mati Diop est partie au Sénégal pour tourner le court-métrage Atlantiques. Ce court-métrage de type documentaire raconte l’histoire d’une jeune sénégalaise, candidate à l’émigration vers l’Espagne.

En 2014, elle avait réalisé le moyen-métrage Mille Soleils distribué dans les salles en France.

Mati Diop a fait la différence avec son film malgré le thème de l’émigration vers l’Europe traité à plusieurs reprises. Elle a préféré éviter les clichés du misérabilisme et de la victimisation et faire parler les femmes. C’est un film d’amour fantastique où l’imaginaire des croyances africaines ressort.

Dans un communiqué, Netflix a indiqué avoir racheté les droits de distribution du film, hors Chine, Benelux, Suisse, Russie et bien sûr, France.

Enfin, Mati Diop est devenue la première réalisatrice noire à remporter un prix, en 72 ans d’histoire du Festival de Cannes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here