Gaspillage alimentaire : des pertes annuelles de 570 millions de dinars

Gaspillage alimentaire L'Economiste Maghrebin

Lors de sa présence à une conférence régionale organisée récemment par la FAO, le ministre du Commerce, Omar El Béhi, a fait savoir que le gaspillage alimentaire provoque annuellement des pertes excédant 570 millions de dinars.

Ainsi, ces pertes sont supportées par les citoyens. Et le gouvernement cherche à réduire le fléau du gaspillage alimentaire, surtout celui des produits céréaliers, notamment le pain.

Restaurants universitaires : 6% des plats sont jetés!

Car plusieurs indicateurs de la situation de la santé en Tunisie confirment l’expansion de mauvaises habitudes alimentaires. Cela nécessite la mise en place d’un plan d’action national pour combattre le gaspillage sous toutes ces formes. Et l’engagement de tous les partenaires, afin de réduire le coût du gaspillage alimentaire et rationaliser la consommation des aliments.

En effet, les produits céréaliers sont d’une grande importance pour la sécurité alimentaire nationale et pour la balance commerciale du pays. En 2017, une étude réalisée conjointement par la FAO, le ministère de l’Agriculture et les Ressources Hydrauliques et l’Institut national de la consommation (INC) a estimé le gaspillage alimentaire- au niveau des restaurants universitaires- à une moyenne de 6% des plats jetés.

Pain : les étudiants consomment plus que leurs besoins

Par ailleurs, les étudiants gaspillent en moyenne 93% de pain et 70% déclarent consommer plus que leurs besoins. Les taux de pertes post-récolte des céréales varient en moyenne de 3,6% dans la région de Bizerte à 5,4% au niveau de Siliana. Pour la chaîne de valeur lait, les taux de perte sont en moyenne de 9% à Bizerte et 6.5% à Mahdia.

Pour remédier à ces pertes et gaspillage, la FAO et ses partenaires ont élaboré des plans d’actions selon une démarche participative. Le projet lancé en 2016 a entamé en 2018 une deuxième phase portant sur le renforcement des capacités des gestionnaires de restaurants universitaires, des boulangers et des enseignants d’écoles et sur la sensibilisation des élèves et des femmes, notamment les femmes rurales.

En outre, les efforts de l’INC depuis 2016 sur le gaspillage alimentaire, particulièrement le gaspillage du pain, ont été complétés par l’appui financier de la l’Agence italienne de Coopération internationale et développement depuis 2017 pour achever, avec la FAO, une évaluation des pertes et du gaspillage des produits céréaliers et laitiers, dans le cadre du projet « Réduction des pertes et gaspillage alimentaire et développement des chaines de valeur pour la sécurité alimentaire en Egypte et en Tunisie ».

Mohamed Amrani, coordinateur de la FAO pour l’Afrique du Nord a réaffirmé que les pertes et gaspillage des produits agricoles et alimentaires représentent un manque à gagner important pour les différents acteurs à tous les niveaux de la chaîne de valeur et une source de gaspillage de ressources naturelles et des moyens de production.

Il a également noté que la prévention et la réduction de ces pertes pourraient constituer, par ailleurs, une opportunité de création d’emplois et de valeur ajoutée permettant ainsi d’améliorer les revenus et de renforcer la sécurité alimentaire. Elle permettrait aussi une meilleure organisation des filières agricoles.

2019 : une journée nationale anti-gaspillage

La conférence organisée par la FAO a débouché sur plusieurs recommandations portant sur des pistes d’amélioration, dont les principales sont l’importance de la communication et la sensibilisation. L’objectif étant de passer à un comportement responsable à l’égard du gaspillage, une législation adéquate pour encourager les différents partenaires à prendre des mesure concrètes contre le gaspillage, l’amélioration  des circuits de distribution, le renforcement des capacités pour réduire le gaspillage alimentaire (surtout parmi les responsables des restaurants universitaires et des boulangeries), et le développement des compétences des structures en charge de la réduction du gaspillage alimentaire.

L’établissement d’une journée anti-gaspillage était aussi l’une des recommandations du directeur général de l’Institut National de la Consommation Tarek Ben Jazia, espérant la célébrer pour la première fois en 2019, avant le mois de Ramadan prochain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here