Khawla Ben Aïcha: « La crise politique déteint sur le rendement du gouvernement »

Khawla Ben Aïcha L'Economiste Maghrébin
Khawla Ben Aïcha

Quel était le contenu de la rencontre entre certains dirigeants du parti Machrou3 Tounes et le président de la République? Khawla Ben Aïcha, députée du bloc parlementaire Machrou3 Tounes, présente lors de cette réunion, a fait savoir qu’il s’agissait d’une demande du groupe parlementaire et de ses leaders. Ces derniers s’étaient déjà entretenus, notamment avec le chef du gouvernement et le secrétaire général de l’Ugtt. Toutes ces réunions tournent autour de la crise politique et économique qui sévit dans le pays depuis des mois.

Elle souligne en effet: « Avec le président de la République, nous avons justement évoqué les difficultés par lesquelles passe le pays. La crise politique qui déteint sur le rendement du gouvernement et les blocages à l’ARP empêchent la mise en place d’instances vitales, comme la Cour constitutionnelle. Ce blocage entrave le processus démocratique et électoral. » Citant l’exemple du renouvellement des membres de l’ISIE et de l’élection de son président, elle a estimé qu’elle devenait urgente à l’approche des élections.

Elle a également ajouté: « Nous avons également discuté des solutions et manœuvres envisageables tant politiques que constitutionnelles. »

Khawla Ben Aïcha : « Une telle situation ne peut perdurer »

Selon elle, une telle situation ne peut perdurer car il en va de l’avenir du pays. Et de poursuivre: « Nous avons également évoqué notre initiative de rassemblement et de création d’un front parlementaire avec les partis de la famille démocratique, notamment Nidaa Tounes. »

Evoquant la création du front entre Machrou3 Tounes et Nidaa Tounes, Khawla Ben Aïcha a souligné que cela permet justement de rééquilibrer la scène parlementaire. Cela permettra,  certesla résolution des problèmes liés aux majorités de vote.  

« D’autres partis politiques pourront se joindre à nous. A titre d’exemple Afek Tounes, l’UPL et des indépendants », a-t-elle souligné. 

Interrogée sur l’alliance nationale qui s’est créée; elle a répondu : « D’ailleurs les portes restent ouvertes même au nouveau groupe qui s’est créé et qui est censé appartenir à la même famille politique que nous. »

Khawla Ben Aïcha : « J’espère que la nouvelle alliance soutient les réformes et non les personnes »

Elle poursuit: « À moins que leurs affinités politiques aient changé en fonction des nouveaux soutiens du chef du gouvernement. J’espère que la nouvelle alliance aura l’intelligence de soutenir des réformes et non des personnes. De notre côté, les portes sont ouvertes. C’est à eux de définir ce qu’ils veulent et dans quel camp et il y en a que deux. »

Selon elle, il est primordial et vital aujourd’hui que le gouvernement se penche sur les réformes économiques et sociales. Et s’éloigner de toutes les tractations politiques et calculs personnels qui vont finir par mener le pays au chaos.

Elle ajoute: « Ceux qui ne savent pas faire la part des choses entre travail gouvernemental et politique doivent choisir l’un ou l’autre, dans l’intérêt du pays.

Le communiqué d’Ennahdha a confirmé deux choses

Sur un autre volet, concernant le communiqué du Conseil de la Choura du mouvement Ennahdha, elle estime qu’il confirme « ce que Machrou3 Tounes dit depuis toujours. A savoir que le parti Ennahdha n’a toujours pas séparé le politique du religieux. Il s’emmêle même les pinceaux aujourd’hui en parlant tantôt de Constitution tantôt de Coran ».

Par ailleurs, « leur soutien au chef du gouvernement est éphémère et lié à des intérêts. Aujourd’hui, ils ont répété un appel déjà lancé par Machrou3 Tounes en janvier 2018, sur la séparation du travail gouvernemental de la politique. »

Khawla Ben Aïcha : « Les TRE ne sont pas des citoyens de second rang ni des devises ambulantes »

Mme Ben Aïcha est revenue sur la déclaration du gouverneur de la Banque centrale qui a évoqué un emprunt en devises auprès des Tunisiens Résidents à l’Etranger (TRE). Khawla Ben Aïcha, étant TRE, a rappelé qu’ils ne sont pas des citoyens de second rang ni des devises ambulantes.

« Ces mêmes TRE que le gouvernement marginalise et traite comme des citoyens de second rang tout au long de l’année. Leur droit à la FCR bafoué pour les beaux yeux des concessionnaires. Prix des vols et billets de bateaux exorbitants et valant ceux de destinations exotiques. Les décrets pour la mise en place de leur Conseil National  traînent depuis plus de deux années. Les services consulaires et administratifs sont déplorables et j’en passe. Sans parler de celles et ceux qui ne ratent pas une occasion de contester l’éligibilité à occuper de hauts postes de l’Etat s’ils sont binationaux ou qui se prétendent plus patriotes qu’eux… », a-t-elle ajouté. 

Et de poursuivre: « Mais dès que le pays est en crise c’est à eux qu’on fait appel en en premier. Après l’attaque terroriste de Mars 2016 ce sont les TRE qu’on a appelé à la rescousse. Ils ont répondu à l’appel et sauvé la saison. Et je suis certaine que là aussi ils répondront présents et contribueront à sauver le pays. Car nul ne peut et n’a le droit de surenchérir sur leur amour pour leur pays ou leur patriotisme.  »

« Ce sont des citoyens à part entière et une richesse (dans tous les sens du terme) pour ce pays. Respectez les et traitez les comme tel! », s’est-elle insurgée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here