Boire du café pour se protéger de la maladie d’Alzheimer ?

Alzeihmer-L-Economiste-Maghrebin

Selon des  recherches très prometteuses, l’utilisation de molécules dérivées de la caféine serait efficace contre les maladies neurodégénératives car elle permet de développer une enzyme qui protège le cerveau de la maladie  d’Alzheimer.

Selon une étude publiée par les chercheurs de l’Université de l’Indiana, la caféine aurait la capacité de stimuler une enzyme dans le cerveau susceptible de protéger contre la démence et qui  joue deux rôles : elle protège les neurones des agressions externes  d’une part et lutte  contre les protéines qui s’accumulent dans le cerveau et qui sont les marqueurs des maladies neurodégénératives,  notamment la maladie d’Alzheimer et  de Parkinson. «Ces recherches, a déclaré  Hui-Chen Lu, professeur au Gill Center for Biomolecular Sciences de l’Université de l’Indiana,  pourraient  aider à développer des médicaments qui augmentent le taux de cette enzyme dans le cerveau et créer un produit chimique « blocus » contre les effets de démence des maladies neurodégénératives».

Rappelons que  la maladie d’Alzheimer se caractérise notamment par la perte progressive de mémoire ainsi que  par des troubles du comportement tels que  le trouble du langage, la non-reconnaissance de l’entourage et la maladresse gestuelle.

Effets bénéfiques

Or, il a été établi que le café, la boisson la plus consommée au monde après l’eau et  la première source de caféine, favorise  les performances cognitives chez les humains et les animaux. Il a été prouvé  également que  la consommation quotidienne du café limite considérablement  le déclin cognitif au cours du vieillissement. Selon les chercheurs américains responsables de cette étude, le rôle protecteur  de la caféine serait optimal pour des doses correspondant à 3 ou 4 tasses par jour.

Ainsi, l’utilisation de molécules dérivées de la caféine pourrait être bénéfique pour les patients atteints de la maladie d’Alzheimer, ce type de molécule dérivée de la caféine est déjà utilisé par les chercheurs dans    le traitement expérimental de la maladie de Parkinson.

Prudence est de mise

Toutefois, les études menées chez l’humain jusqu’ à aujourd’hui sont des simples études d’observation, le lien de cause à effet n’a pas encore été scientifiquement établi. De plus, peu de tests sur les humains ont été effectués afin de démontrer concrètement les effets réels de la caféine sur le ralentissement  de la maladie d’Alzheimer. Donc prudence,  continuons à consommer du café mais avec modération !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here