Mohamed Bennour: « Nous sommes revenus à l’ère de la presse jaune »

Mohamed Bennour L'Economiste Maghrébin
Mohamed Bennour

Cela fait plus d’une semaine que Mehdi Jomaa, fondateur du parti Al Badil Ettounsi fait face aux accusations du journal arabophone Al Chourouk. Mohamed Bennour, membre du parti Al Badil Ettounsi a réagi. 

Il déclare: « Accuser un ancien chef du gouvernement de corruption… Je ne suis pas contre le journalisme d’investigation, mais le journalisme d’investigation a ses règles, notamment par l’apport de preuves, de documents, alors que le journal Al Chourouk a publié sans aucune preuve ». Et de poursuivre: « Nous savons qui se cache derrière ces rumeurs. D’ailleurs, cela va être révélé par un groupe d’avocats, lors d’une conférence de presse qui sera organisée prochainement. »

Mohamed Bennour : une conférence aura lieu pour révéler qui se cache derrière

Et de poursuivre: « A mon sens, nous sommes revenus à l’ère de la presse jaune où on salit les personnes et on les accuse sans preuve. Mais je suis étonné du laxisme du Ministère public qui n’a pas réagi. Tout comme nous avons connaissance des personnes qui sont derrière cet article et que la journaliste a été utilisée ».  M.Bennour  ajoute:  » Ces accusations ont été inventées par des personnes occultes et plus particulièrement par des personnes proches du gouvernement ». 

Rappelons que Mehdi Jomaa a décidé de réagir, selon un communiqué publié par le parti Al Badil Ettounsi, soulignant que ces accusations n’ont qu’un seul but: nuire à son image de marque.

Selon le communiqué, le timing de la publication coïncide avec la période durant laquelle Mehdi Jomaa partait pour participer à des rencontres importantes et au service de la Tunisie à Copenhague et à New York. 

Le même communiqué mentionne que » la partie qui se cache derrière ces calomnies est connue. Le but recherché est d’essayer de salir une personnalité qui a réussi son mandat en qualité de chef du gouvernement tunisien dans une période très critique de la phase transitionnelle. Il est très regrettable que le journal Al Chourouk se laisse manipuler au mépris des règles d’éthique et de la déontologie du journalisme professionnel. »

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here