« Aller ensemble vers une nouvelle Afrique, riche de ses partenariats »

Mme Ouided Bouchamaoui, présidente de l’UTICA, a participé aujourd’hui jeudi 5 octobre 2017, à l’ouverture de la 2e édition des Rencontres Africa 2017.

Mme Bouchamaoui  a tenu à préciser que les atouts de l’Afrique ne sont plus seulement un coût de main-d’œuvre bas par rapport à l’Occident, ni une disponibilité de cette main-d’œuvre, mais plutôt, des aptitudes permanentes d’innovation et d’adaptation.

«Ces Rencontres Africa 2017 » contribueront certainement à la mise en œuvre d’un partenariat novateur, équitable et mutuellement bénéfique entre la France et une Afrique émergente et aussi avec une Tunisie nouvelle, démocratique, entreprenante qui partage le souhait de développer un partenariat plus dynamique et équilibré », a-t-elle affirmé.

La présidente de la centrale patronale n’a pas manqué de rappeler que l’UTICA, pour sa part, a toujours accordé et accorde un intérêt de premier ordre au dossier africain. En effet, l’UTICA a toujours répondu présente chaque fois qu’il s’agissait de l’Afrique, membre de la Confédération Panafricaine des Employeurs, qu’elle a eu l’honneur de  présider et membre Fondateur et présidente de l’Union Maghrébine des Employeurs.

« L’UTICA demeure à l’écoute et à la recherche de toute initiative à même de contribuer au développement du partenariat entre les pays africains, et assiste activement aux différentes manifestations dont, notamment, les Rendez- vous réguliers des  ICT4all dont l’objectif principal est de réduire la fracture numérique nord-sud et dont l’UTICA a été l’un des principaux initiateurs », a ajouté Mme Bouchamaoui.

La présidente de l’UTICA a, par ailleurs, souligné qu’on ne parle plus seulement aujourd’hui de compétitivité de l’économie, ni de l’entreprise mais de la compétitivité des alliances qui est à même de se mesurer avec les puissances concurrentes qui sont en train de se positionner en Afrique, et les secteurs à développer dans cette optique sont multiples.

Et d’ajouter que la réflexion et le débat sont certes nécessaires, mais pas suffisants : « A l’issue de ces deux jours de débats, j’en suis convaincu, des enseignements seront tirés et des actions innovantes seront envisagées pour aller ensemble vers une nouvelle Afrique, riche de ses partenariats », a-t-elle conclu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here