Introduire le numérique dans les administrations

transition numérique

Kais Sellami, président de la Fédération nationale des technologies de l’information et de la communication (TIC), relevant de l’UTICA, a affirmé lors de sa présence à la 18ème édition du Forum international de l’Economiste Maghrébin que le numérique ne doit pas être considéré comme une fin en soi mais plutôt comme un outil apte à faciliter la tâche dans plusieurs secteurs.

Ainsi, pour lui, il ne s’agit pas d’une affaire d’un seul secteur mais il s’agit d’une affaire nationale. « Depuis la tenue du  forum sur le numérique, organisé par l’UTICA en 2010, nous n’arrêtons pas de mettre en avant l’importance du numérique et la nécessité d’emprunter ce chemin« , a-t-il dit.

Dans ce contexte, il a indiqué que le secteur privé dispose d’une stratégie dans le domaine du numérique qui touche plusieurs domaines cruciaux à l’instar de la santé. Par ailleurs, il a cité l’engagement à soutenir les start-up, programme spécifique en matière de promotion de talents.

[raside number= »3″ tag= »administration »]

Pour lui, il existe une prise de conscience relative à l’importance du secteur du numérique étant donné l’importance du facteur temps : «  Le temps c’est de l’argent », a-t-il déclaré.  C’est pourquoi, la mise en pratique de la transition numérique demeure l’une des priorités d’après l’intervenant. De même, il s’est prononcé pour le lancement du programme e-gouvernement qui, d’après lui, nécessite cinq ans pour être mis en place.

Interrogé sur la position de la Fédération quant aux mesures prises par les pouvoirs publics dans ce sens, M. Sellami a fait savoir que les professionnels des TIC sont des acteurs incontournables dans l’application de ces mesures. « Nous devons travailler dans le cadre du PPP. Il y a une certaine lenteur dans l’application. Il faut simplifier tout le processus« , a-t-il prévenu.

Et d’ajouter qu’il faut introduire le numérique dans les administrations. Citant l’exemple de l’Inde dans la réussite de sa transition numérique, M. Sellami a souligné qu’il faut d’abord convaincre toutes les parties prenantes pour réussir cette transition en Tunisie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here