Le déficit courant talon d’Achille de l’ économie tunisienne

L’Ordre des experts comptables de Tunisie ( OECT ) a consacré cette journée à un rencontre-débat sur la loi de finances 2015. Organisée au siège de l’IACE, cette manifestation a vu la participation d’un grand nombre d’experts comptables, de représentants de l’administration et des entreprises.

Après avoir souhaité la bienvenue aux participants, Nabil Abdellatif, président de l’OECT, a déclaré de cette manifestation qu’elle se focalise sur la loi de finances 2015 et se veut une contribution à la mise en place d’une bonne gouvernance et rentre dans le chapitre des propositions et suggestions pour la mise en œuvre des normes internationales de la comptabilité publique.

Lui succédant, Chedly Ayari gouverneur de la BCT a brossé un rapide tableau de la situation  l’ économie en 2014 et de ses perspectives en 2015. Ce tableau de bord a déclaré le gouverneur de la BCT comporte et comportera toujours un  mélange d’indicateurs rouges, oranges et verts, mais un tel tableau est par nature toujours en mouvement, en synergie avec l’actualité politique et économique du pays.

Au volet positif, il y a lieu de signaler la meilleure perception de l’ économie tunisienne par les agences de notation Fitch Ratings et Moody’s, puisque leur lecture de l’ économie tunisienne a changé malgré son maintien dans une perspective négative et l’objectif actuellement recherché de lever cette perception négative.

Il y a lieu aussi de relever l’amélioration sensible de l’évaluation du risque – Tunisie par les marchés financiers internationaux qui sont en fait les sources d’avenir du financement de l’ économie tunisienne, comme c’est le cas pour tout pays qui se dit émergent, et non pas les sources institutionnelles que sont la Banque mondiale, le FMI, …

Enfin dernières notes positives ajoute Chedly Ayari, le taux du déficit budgétaire qui sera réduit, le taux d’inflation qui de 5,5% en 2014 sera ramené à 5% en 2015 et le nombre de jours d’importations couverts par nos réserves en devises qui a atteint 113 jours fin 2014.

Il faut toutefois relever certains points négatifs dans la situation économique de la Tunisie ajoute le gouverneur de la BCT, à savoir le faible taux de croissance de l’ économie, mais qui n’est pas un  taux nul ou négatif (comme ce fut le cas pour l’année 2011) et qui devra atteindre 3% en 2015 ; l’objectif étant de réaliser 5 à 6% de croissance sur les 10 prochaines années. Ce qui est très réaliste.

Chedly Ayari a aussi relevé que le déficit courant est très préoccupant puisqu’il atteint 9% du PIB, vu que nous importons bien plus que ce que nous n’exportons. Ce déficit courant reste le talon d’Achille de l’ économie tunisienne, ajoutant que l’endettement intérieur ou extérieur (47% du PIB), s’il est bien utilisé et bien géré ne pose pas de problème. Le vrai problème dans ce domaine est l’endettement sans croissance.

En conclusion, le gouverneur de la BCT a annoncé que l’année 2015 sera elle aussi une année de transition politique et aussi économique, insistant sur la nécessité d’élaborer et de mettre en œuvre un plan de développement économique et social.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here