ONU – PNUE : La rupture du Nord Stream causerait le plus grand rejet de méthane jamais enregistré

méthane
Photo : https://baldwintech.com/

“Les ruptures du réseau de gazoducs Nord Stream sous la mer Baltique ont conduit à ce qui est probablement le plus grand rejet unique de méthane nocif pour le climat jamais enregistré”, a déclaré vendredi le Programme des Nations unies pour l’environnement.

Un énorme panache de méthane hautement concentré, un gaz à effet de serre beaucoup plus puissant mais à durée de vie plus courte que le dioxyde de carbone, a été détecté cette semaine lors d’une analyse d’images satellite par des chercheurs associés à l’Observatoire international des émissions de méthane du PNUE, a déclaré l’organisation.

“C’est vraiment mauvais, très probablement le plus grand événement d’émission jamais détecté”, a déclaré Manfredi Caltagirone, chef par intérim du PNUE. “Ce n’est pas utile à un moment où nous devons absolument réduire les émissions”, a-t-il précisé.

“Les chercheurs n’ont pas encore été en mesure de quantifier à partir de l’imagerie la quantité de méthane s’échappant du système de pipeline dirigé par Gazprom. Mais pensent que le taux d’émissions est plus élevé que celui d’une fuite majeure survenue en décembre dernier à partir de pétrole offshore et champs de gaz dans les eaux mexicaines du golfe du Mexique, qui ont déversé environ 100 tonnes métriques de méthane par heure”, a déclaré Caltagirone.

Peu de réponses claires

La fuite du golfe du Mexique, également visible depuis l’espace, a finalement libéré environ 40 000 tonnes de méthane en 17 jours, selon une étude menée par l‘Université polytechnique de Valence et publiée dans la revue Environmental Science & Technology Letters.

Cela équivaut à brûler 1,1 milliard de livres de charbon, selon le calculateur d’équivalences de gaz à effet de serre de l’Agence américaine de protection de l’environnement.

Les fuites majeures qui ont soudainement éclaté dans les gazoducs Nord Stream qui relient la Russie à l’Europe ont généré de nombreuses théories, mais peu de réponses claires sur qui ou quoi a causé les dommages.

La Russie et l’Union européenne ont suggéré que les ruptures avaient été causées par des saboteurs.

Article précédentCNSS : les débiteurs peuvent bénéficier de la remise des pénalités
Article suivantLa Turquie va poser des câbles de gaz sous-marins en mer Noire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here