Le projet HyAfrica étudie l’hydrogène naturel en Afrique comme source d’énergie alternative

HyAfrica

Le projet HyAfrica explore les gisements naturels d’hydrogène dans plusieurs pays africains pour fournir une énergie alternative aux zones locales.

Le partenariat conjoint de recherche et d’innovation de long terme entre l’UE et l’Union africaine dans le domaine des énergies renouvelables finance le projet avec un budget de près d’un million d’euros. La réunion de lancement des organisations partenaires à la mi-septembre à Casablanca a marqué le début de la coopération. Le projet HyAfrica est conçu pour trois ans.

HyAfrica est le premier projet de recherche international dédié à l’exploration et au potentiel de l’hydrogène naturel comme nouvelle source d’énergie.

HyAfrica signifie “Vers une source d’énergie renouvelable de nouvelle génération – une solution d’hydrogène naturel pour l’approvisionnement en électricité en Afrique”. Le projet étudie la possibilité d’exploiter l’hydrogène trouvé dans des environnements géologiques spécifiques en Afrique. Et ce, pour produire de l’électricité dans des systèmes autonomes et hors réseau pour les communautés rurales et isolées.

Le consortium du projet, coordonné par la PME portugaise Converge!, une spin-off de l’Université d’Évora, comprend l’Institut Leibniz de géophysique appliquée (LIAG), l’Institut Fraunhofer pour l’économie de l’énergie et la technologie des systèmes énergétiques IEE, l’Université Mohammed Premier au Maroc, l’Université de Lomé au Togo, les Universités du Limpopo et de Pretoria en Afrique du Sud, l’Université Eduardo Mondlane et la Direction Nationale de la Géologie et des Mines au Mozambique.

L’hydrogène blanc comme source d’énergie régénérative

L’hydrogène naturel- également connu sous le nom d’hydrogène blanc  – est une source d’énergie primaire et propre qui est générée en continu par des réactions géochimiques dans des formations géologiques. Cependant, les modalités d’exploration et d’utilisation de l’hydrogène naturel sont mal définies et peu réglementées dans les pays d’accueil du projet.

HyAfrica veut étudier le potentiel d’utilisation de l’hydrogène naturel dans le système énergétique local des régions respectives au Maroc, au Mozambique, en Afrique du Sud et au Togo et évaluer les impacts socio-économiques sur les communautés locales. Le projet vise à exploiter l’hydrogène gazeux présent dans les formations géologiques et à l’utiliser comme source d’énergie primaire. Cette ressource en constante reconstitution a le potentiel d’être un complément rentable et respectueux du climat à la production d’hydrogène sans les inefficacités et les impacts associés à l’utilisation des terres, à l’utilisation de l’eau et à l’approvisionnement en matières premières associés à la production industrielle d’hydrogène bleu et vert.

Une large expertise hydrogène sur les potentiels et les technologies

Dans le lot « Caractérisation géophysique », le LIAG s’occupe de l’interprétation des données géophysiques et notamment des anomalies gravimétriques et magnétiques. “Avec nos investigations géophysiques, nous voulons mieux comprendre quelles conditions géologiques favorisent l’apparition de gisements naturels d’hydrogène”, explique le Prof. Dr. Gérald Gabriel, chef de projet du LIAG. Les compétences techniques et de renforcement des capacités pour les techniques géophysiques sont nécessaires pour la compréhension et la conception des ressources H2 renouvelables.

Fraunhofer IEE apportera son expertise dans les domaines technico-économiques, l’identification de modèles commerciaux et l’évaluation de l’impact des technologies énergétiques. Les technologies de l’hydrogène et le stockage de l’énergie électrique sont des domaines d’activité stratégiques de l’institut. En outre, Fraunhofer IEE possède une vaste expérience dans la planification et l’utilisation de l’hydrogène au niveau européen et a déjà mené avec succès des recherches sur les énergies renouvelables dans les pays africains.

L’objectif du module de travail coordonné par Fraunhofer IEE est de rechercher deux systèmes énergétiques locaux pour évaluer le potentiel de l’hydrogène naturel dans les systèmes énergétiques autonomes et hors réseau en utilisant des modèles commerciaux sélectionnés dans des communautés éloignées ou petites.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here