Ghazi Chaouachi: 2022 sera l'année de l'inflation

Ghazi Chaouachi

Le secrétaire général du Parti du Courant démocrate, Ghazi Chaouachi, met en garde contre la gravité de la situation que traverse la Tunisie. En soulignant que le pays se trouve dans une phase plus dangereuse qu’en 2013.

Dans une déclaration radiophonique, Ghazi Chaouachi précise que la Tunisie vit actuellement dans un état de paralysie. Car « le président n’accepte pas les opinions différentes et le gouvernement de Najla Bouden est impuissant ».
Dans ce contexte, il souligne que Kaïs Saïed n’a aucune vision dans le domaine économique.

Un dialogue est nécessaire

En outre, il appelle le président Kaïs Saïed à lancer un dialogue national et à parvenir à une feuille de route pour sauver la Tunisie de l’effondrement.
M. Chaouachi estime ainsi que le dialogue se décompose en deux volets; à savoir politique et économique. « Le volet politique comprend la loi des partis, le système politique et la réforme judiciaire », explique-t-il. Tout en soulignant que le parlement est fini.
De plus, il ajoute que ce dialogue doit se faire sous la supervision du président de la République, Kaïs Saïed. Mais, en cas de refus, « il devrait se poursuivre dans un dialogue sans lui ».
De ce fait, il exprime l’ouverture de son parti au président de la République. Tout en considérant que personne n’a de tutelle sur la Tunisie.
Par ailleurs, il a critiqué la gestion et la performance du gouvernement. « Le gouvernement Bouden est un gouvernement silencieux qui ne parle pas ou n’interagit pas avec toutes les propositions. Il a travaillé 150 jours, mais sans résultat », a-t-il dit.

L’année de l’inflation

D’un autre côté, M. Chaouachi estime que 2022 sera l’année de l’inflation par excellence. Notamment à la lumière de la hausse du prix du baril de pétrole et de la guerre en Ukraine. En indiquant que la hausse des prix du carburant annoncée, hier soir, était attendue.
C’est pourquoi, il évoque la nécessité de trouver des politiques de finances publiques claires pour atteindre les équilibres nécessaires.
Au final, il exprime son espoir que le gouvernement aura la capacité de réduire l’inflation en établissant un programme et une vision clairs. Tout en affirmant que le gouvernement de Najla Bouden est sans vision depuis le premier jour.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here