Analyse QNB: La Réserve Fédérale Américaine confirme son “Hawkish Pivot”

QNB Group L'Economiste Maghrébin

La Réserve Fédérale Américaine (Fed) continue de piloter l’agenda économique, déterminant la tendance des évolutions monétaires à l’échelle mondiale. En septembre 2021, après plus d’un an de mesures extraordinaires pour soutenir l’économie suite au choc de la pandémie, la Fed a officiellement annoncé le début de son plan de “normalisation” de la politique monétaire.

À l’époque, la Réserve fédérale américaine Fed avait annoncé une réduction progressive de ses achats d’actifs (autrement appelés assouplissement quantitatif ou QE) à hauteur de 120 milliards de dollars par mois. On s’attendait à ce que les achats nets d’actifs de la Fed atteignent zéro à la mi-2022, achevant ainsi le processus de diminution progressive.

Mais en décembre 2021, alors que l’inflation s’accélérait encore, la Fed a amorcé un ” Hawkish Pivot “, faisant savoir que les pressions élevées dues à l’inflation  pourraient justifier la fin de l’assouplissement quantitatif plus tôt que prévu. En fait, l’indice des prix des dépenses personnelles de consommation (PCE), l’indicateur d’inflation préféré de la Fed, a augmenté de 4,7 % en glissement annuel en décembre 2021, ce qui est bien supérieur à l’objectif de 2 %.

L’inflation aux Etats-Unis

Les évolutions de l’inflation ont commencé à indiquer que la politique monétaire ultra-allégée n’est plus compatible avec l’ampleur, la portée et le rythme de la reprise économique américaine. On estime que le PIB américain a progressé de 6 % en 2021. Il est important de noter que la dynamique devrait rester forte cette année, avec un rythme d’expansion sain de la consommation et de l’investissement, qui permettra une croissance du PIB de plus de 5 % aux États-Unis. Les mesures de relance fédérales et les programmes d’aide sociale ont contribué à renforcer les finances du secteur privé, fournissant un amortisseur d’épargne qui est généralement inexploitées dans le sillage d’une reprise. Cela soutient des niveaux élevés de consommation et d’activité pendant plus longtemps, ce qui pourrait conduire à une période pluriannuelle de croissance supérieure à la tendance.

Bien que l’économie américaine ne fonctionne pas encore au plein potentiel, compte tenu d’une certaine ” marge” de manœuvre ” ou de capacités inexploitées dans la production industrielle et sur les marchés du travail, les perspectives de croissance suggèrent que les capacités supplémentaires seront remplies plus tôt que prévu. Cela augmentera les risques de surchauffe économique, créant à terme des pressions inflationnistes plus persistantes.

Ces risques sont actuellement amplifiés par des développements négatifs du côté de l’offre des principaux partenaires commerciaux des États-Unis. La propagation de la variante Omicron de la Covid-19 en Asie, et en particulier en Chine, commence à devenir une menace majeure pour les chaînes d’approvisionnement mondiales. La combinaison actuelle d’une variante Omicron hautement infectieuse et de la politique chinoise de ” zéro Covid-19 ” pourrait potentiellement entraîner des blocages à grande échelle et une cascade de chocs graves dans les chaînes d’approvisionnement et le commerce mondial. Cela contribuerait à stresser les producteurs, à créer des pénuries et à maintenir les prix à un niveau élevé, tant au niveau mondial qu’aux États-Unis.

À la lumière de ce contexte inflationniste, les responsables de la Fed ont doublé leur « Hawkish Pivot », laissant entendre à la fois une fin rapide de l’assouplissement quantitatif et un cycle beaucoup plus rapide de hausse des taux d’intérêt. Ces dernières semaines, les autorités monétaires ont même commencé à discuter d’un resserrement quantitatif (QT), c’est-à-dire du processus de déversement sur le marché d’une partie des actifs achetés pendant l’assouplissement quantitatif. Contrairement à l’assouplissement quantitatif, qui ne fait que stabiliser le bilan de la Fed en réduisant à zéro les achats nets extraordinaires d’actifs, le QT réduit le bilan de la Fed par des ventes nettes d’actifs au secteur privé. Le QT vise à éponger l’excès de liquidités dans le système bancaire, en apportant un resserrement indispensable des conditions financières..

Le bilan de la Fed s’élève à 8 800 milliards de dollars americains

Actuellement, le bilan de la Fed s’élève à 8 800 milliards de dollars americains, ayant plus que doublé depuis le début de la pandémie, début 2020. Au cours de cette période, les réserves excédentaires sont devenues abondantes dans les banques commerciales américaines, car la croissance de leurs liquidités (132 %) a largement dépassé celle de leurs actifs totaux (28 %). Par conséquent, comme les banques sont inondées de liquidités, les actifs de la Fed peuvent être plus facilement absorbés sans provoquer de perturbations excessives sur le marché. Une liquidité moins abondante contribuera à contenir l’inflation des prix des actifs qui, indirectement, par le biais des marchés financiers et des matières premières, alimente l’inflation des prix à la consommation.

D’une façon générale, le « Hawkish Pivot » prend de l’ampleur. Nous estimons que l’assouplissement quantitatif sera achevé au premier trimestre 2022 et la hausse des prix commencera dès le mois de mars. Nous prévoyons quatre hausses de taux de 0,25 % en 2022 (une par trimestre) . L’assouplissement quantitatif devrait commencer peu après le premier relèvement des taux, avec une accélération potentielle au cours des deuxième et troisième trimestres.

D’après communiqué

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here