L’OIT décide d’arrêter la grève et de poursuivre le gouvernement en justice

FTDES OIT
Mouvement de protestation des ingénieurs tunisiens devant le Présidence de la République le 10 juin 2021.

L’Ordre des ingénieurs tunisiens (OIT) a annoncé, jeudi, l’arrêt de la grève ouverte menée par la profession et son intention de poursuivre le gouvernement tunisien en justice. Et ce, pour « ne pas avoir appliqué l’accord du 16 février 2021 et pour traitement inégal et injuste des citoyens ».

Le président du conseil de l’OIT, Kamel Sahnoun, a affirmé lors d’une conférence de presse, que l’ordre a décidé la suspension de sa grève ouverte. Laquelle était observée depuis trois mois. Notant que le président de la République a été informé des graves répercussions de cette grève. Et appelant dans le même contexte à l’impératif d’organiser une réunion du Conseil national de sécurité pour examiner la situation difficile des ingénieurs tunisiens.

En outre, l’OIT a mandaté des avocats, pour porter plainte contre le gouvernement. Et ce, pour « non application de l’accord du 16 février 2021 et contre certains président directeurs généraux. Ainsi que contre tous les responsables impliqués, personnellement, dans le harcèlement des ingénieurs ». C’est ce qu’on peut lire dans le communiqué diffusé à cette occasion.

De plus, le gouvernement n’a pas donné satisfaction aux revendications des ingénieurs et n’a pas mis en application l’accord signé avec l’OIT, le 16 février 2121. « Au contraire, il a fait recours à la réquisition, aux retenues arbitraires sur les salaires et au non paiement des salariés ». C’est encore ce qu’indique l’OIT qui accuse le gouvernement de « négliger les retombées de la grève sur le pays aux niveaux économique, énergétique, environnemental; ainsi que dans le domaine des eaux ».

En effet, le gouvernement « a ignoré la situation des ingénieurs dans 250 entreprises et établissements publics », indique M. Sahnoun.

Pour mémoire, les ingénieurs des entreprises et établissements publics ont observé une grève de cinq jours, du lundi 29 mars au vendredi 2 avril 2021. Ils revendiquent l’application de l’accord conclu, en décembre 2020, entre le gouvernement et l’OIT. Et ce, concernant la généralisation des primes spécifiques aux ingénieurs des entreprises et établissements publics, avant d’entrer en grève ouverte depuis le 5 avril 2021.

Décision du gouvernement

L’accord en question prévoit la généralisation des primes spécifiques accordées, en 2017, aux ingénieurs des entreprises et établissements publics. Elles s’élèvent à un montant compris entre 450 et 750 dinars.

D’ailleurs, le Conseil de sécurité nationale avait approuvé, le 5 octobre 2018, l’octroi de cette prime, selon Kamel Sahnoun; et ce, dans le cadre de la lutte contre la fuite des cerveaux. Les autorités tunisiennes devaient l’activer en septembre 2019. Mais, le gouvernement a par la suite exclu les ingénieurs des établissements publics. Puis, le gouvernement s’est rétracté à deux reprises. Même si l’accord avait été déjà mis en application dans 93 établissements, selon ses propos.

Au final, notons que l’OIT compte 66 000 ingénieurs. Sachant que le nombre des ingénieurs diplômés des instituts d’ingénierie a considérablement augmenté, passant de 4 300 ingénieurs en 2010, à plus de 8000 depuis 2015.

 

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here