Tozeur : des projets pour renforcer l’autonomie de la femme oasienne

Tozeur

L’Association « la Ruche de Tozeur » pour la citoyenneté active lancera, dans un mois, son premier projet en matière d’économie sociale et solidaire, selon l’un des membres de l’association, Salem Ben Selma.

Ce projet, a-t-il expliqué, consiste en la création d’une première plateforme électronique pour la commercialisation des dattes et la mise en place d’un marché solidaire dans la ville de Tozeur pour aider les artisanes de la région à écouler leurs produits.

Les deux projets ont reçu l’approbation finale, a-t-il indiqué, dimanche, en marge d’une rencontre-débat sur la loi de l’économie sociale solidaire, organisée par l’association.

L’association, a-t-il ajouté, entamera la préparation matérielle de ces deux projets en partenariat avec des acteurs régionaux et locaux. Ces projets visent à soutenir et à renforcer l’autonomie de la femme oasienne et les agriculteurs de la région pour commercialiser leurs produits.

Des élus de la région à l’ARP ont également participé et animé cette table ronde. L’événement a également permis de présenter la loi organisant l’économie sociale et solidaire et les défis liés à son application concrète ainsi que les opportunités offertes en rapport avec le modèle de développement dans le gouvernorat de Tozeur.

Dans une intervention, le directeur régional de l’Emploi, Zouhair Hamdi, a passé en revue la politique nationale et l’approche régionale en matière d’emploi et présenté, à cette occasion, la plateforme participative régionale et son rôle dans le suivi et l’aide apportée aux jeunes promoteurs.

Zouhair Hamdi a évoqué la plateforme régionale, lancée à l’initiative de certaines structures publiques, soulignant son rôle majeur dans l’attraction d’investisseurs étrangers pour deux projets importants. Cet outil se généralisera à l’échelle nationale. Il s’agit de créer, à Hezoua, une coopérative de pasteurisation et de commercialisation du lait de chamelle, financée par l’Agence de coopération allemande (GIZ), et de mettre en place une coopérative agricole à Tozeur.

Il a, aussi, parlé du partenariat conclu entre la région de Tozeur et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Ce programme accompagnera 300 projets dans les six gouvernorats du sud tunisien, a-t-il indiqué.

Par ailleurs, des artisans et activistes de la société civile ainsi que le représentant du Pôle de l’économie sociale et solidaire étaient présents à cette table ronde.

 

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here