Fethi Slaouti : « l’école publique est plus que jamais menacée « 

Fethi Slaouti

«L’école publique est aujourd’hui plus menacée que jamais ». C’est ce qu’a indiqué le ministre de l’Education Fethi Slaouti. Il souligne la nécessité de  la sauver. Et ce, en relançant le processus de la réforme de l’éducation.

La situation difficile que traverse la Tunisie et l’instabilité politique ont grandement contribué au retard. Et ce, dans la relance du processus de réforme de l’éducation et de l’école publique, explique le ministre. En effet, le ministre s’exprimait, en marge d’un colloque syndical sur «les femmes inspectrices et le leadership».

La détermination inébranlable du ministère de l’Éducation à relancer le processus de réforme de l’éducation. D’autant plus que l’école n’est plus en mesure de répondre aux aspirations des élèves et des parents, lance-t-il. « L’étape actuelle nécessite des efforts concertés pour le sauvetage. D’autant plus que le système éducatif et l’école publique sont en danger et ont perdu leur rôle d’ascenseur social », a-t-il notamment ajouté.

Ce rôle est confié à toutes les composantes du système éducatif. Elles ont démontré une grande capacité à formuler le projet de réforme et à la réussir. Il souligne « l’impératif de veiller à offrir à nos enfants ce dont ils ont besoin pour retrouver l’attractivité de leurs écoles.  »

D’autre part, le ministre de l’Éducation a réaffirmé la poursuite de l’adoption du système de groupe. Ainsi que  l’organisation des examens nationaux à temps. Il signale qu’il n’a pas encore été décidé d’annuler ou non la tenue du bac Sport. Et ce, en attendant les décisions suite aux concertations entre les ministères de l’Éducation et celui du Sport et la commission nationale de la santé.

Vers le lancement de la chaîne éducative

Concernant la chaîne éducative, il a noté que le processus d’enregistrement des leçons est déjà lancé. Et ce, en attendant le démarrage du processus de diffusion « dès que possible ».
De son côté, le secrétaire général de l’Union générale des inspecteurs des écoles primaires, Noureddine Chmengui, a pour sa part indiqué : « Je m’attends à ce que le processus de la réforme éducative soit relancé au début de l’été prochain à la lumière des efforts incessants de la centrale syndicale. Et ce, pour réaliser ce projet fondamental pour l’avenir de l’enseignement public et l’avenir de la Tunisie en général.

L’école publique est capable de restaurer son rôle d’ascenseur social. Mais sous une forme nouvelle. Il considère que les problèmes restent liés principalement à «l’absence de volonté politique, d’autant plus que les gouvernements post-révolutionnaires n’ont pas accordé d’importance à la réforme du système éducatif », a-t-il conclu.

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here