Expiration des délais pour la réexportation des déchets italiens, à qui profite le crime ?

déchets italiens

Les délais légaux (90 jours) pour la réexportation des déchets italiens à leur pays d’origine ont expiré le 20 janvier 2021. Et ce conformément à l’article 8 de la convention de Bâle, indique jeudi, le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES). D’ailleurs, l’ONG affirme que les autorités tunisiennes « n’ont pas déployé assez d’effort pour atteindre cet objectif ».

Le FTDES s’interroge sur le bénéficiaire de ce crime. Il met en garde contre une éventuelle incinération et enfouissement de ces déchets, en Tunisie.

« Nous ferons face à ces éventuels dépassements, nous aurons recours à la justice pour défendre les droits environnementaux et nous œuvrerons à ce que toute personne impliquée dans cette affaire assume ses responsabilités », note le Forum dans un communiqué. Ainsi, il dénonce une atteinte à la dignité du Tunisien et un piétinement de son droit à la santé et à un environnement sain.

Deux scénarios, aussi mauvais l’un que l’autre sont envisagés par le forum pour la suite de cette catastrophe écologique. Le premier porte sur l’élimination de ces déchets par le biais de l’incinération et l’enfouissement dans une décharge contrôlée ou arbitraire. Ce qui aura des répercussions négatives, sur la santé humaine et animale, sur l’environnement, notamment les ressources naturelles particulièrement l’eau. Ce scénario fera de la Tunisie, un cimetière pour les déchets italiens.

Le second scénario porte sur le recours à l’arbitrage international. Et ce conformément à l’article 20 de la Convention de Bâle, à condition que la partie italienne accepte cela, ce qui n’est pas le cas, selon le forum. Par ailleurs, le recours à l’arbitrage international prendra beaucoup de temps, (plus d’une année). Il coûtera cher à la trésorerie du pays (pour couvrir les dépenses du conseil d’arbitrage), durant cette conjoncture économique difficile.
Le FTDES critique, à cet égard, le traitement non sérieux de ce dossier par les trois autorités et les structures diplomatiques. Ce qui incite à poser « de sérieuses questions sur la partie, qui a intérêt à garder ces déchets en Tunisie ».

Il est urgent de se mobiliser

Il appelle les autorités à adopter une démarche transparente. Et à communiquer sur le traitement de cette question et sur les moyens qu’elles envisagent d’utiliser pour se débarrasser de ces déchets.

Le Forum appelle, également, à impliquer la société civile, la justice, les avocats et les spécialistes en droit de l’environnement dans cette affaire. Et ce, afin de parvenir à réexporter les déchets vers leur pays d’origine.

L’importation de déchets de l’Italie a déclenché un scandale en Tunisie. D’ailleurs, ce scandale provoque le limogeage du ministre des Affaires locales et de l’environnement. Ce dernier a été arrêté, en décembre dernier, avec nombre de cadres du ministère et de l’ANGED. Sachant que la Justice n’a pas statué sur ce dossier.

Selon le forum, 212 conteneurs de déchets italiens demeurent toujours au port de Sousse. Outre les 70 conteneurs se trouvant au siège de la Société importatrice à Sousse, depuis leur entrée en Tunisie, durant l’été 2020.

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here