Nabil Baffoun: “Il n’était pas possible pour l’ISIE de traiter les manquements pointés par le rapport de la Cour des Comptes”

Nabil Baffoun

Le président de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), Nabil Baffoun a déclaré, mardi, qu’ « il n’était pas possible pour l’instance électorale de traiter les manquements pointés par le rapport de la Cour des Comptes lors de la campagne électorale et avant l’annonce des résultats définitifs ».

Dans une déclaration à l’agence TAP, Nabil Baffoun a expliqué que le rapport publié par la Cour des comptes comportant, notamment, les infractions commises pendant les élections législatives et présidentielle 2019 est un rapport « approfondi ». Ce rapport a exigé de la Cour de mener des enquêtes et effectuer plusieurs recoupements. Soit une année de travail. Pour lui, il n’était pas possible, pour l’ISIE, de traiter toutes les infractions.

Ce rapport, a-t-il poursuivi, exige de la Cour des comptes ou de l’Ordre judiciaire de rendre des décisions. Pour lui, l’instance électorale n’est pas, à ce stade, en mesure d’intervenir.  Sauf en cas de décision de la Cour des comptes ultérieurement sur la déchéance du mandat.

Pourquoi le président de l’ISIE adopte ce point de vue ?

La Cour des comptes a publié son rapport. Ce rapport est  relatif au contrôle du financement de la campagne électorale de l’élection présidentielle anticipée. Il porte, également, sur les élections législatives de 2019. Ainsi qu’au contrôle du financement des partis politiques. La Cour des comptes a publié le rapport  la semaine dernière, sur son site Web. Et ce  après l’avoir soumis aux trois présidences.

En effet, elle  a présenté ce rapport lors d’une conférence de presse. La Cour des comptes a indiqué, dans un communiqué de presse, qu’elle a – engager des  procédures contre 249 listes. Des rapports d’enquête rédigés concernant 203 listes n’ayant pas présenté leurs comptes dans les délais légaux et des décisions de première instance émises au sujet de 107 listes.

Les juridictions de la Cour des Comptes ont procédé, selon la même source, à un travail d’enquête. Et ce  pour déterminer les infractions électorales et le montant de la subvention publique pour chaque liste candidate et ce, après avoir vérifié leur respect aux dispositions légales.

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here