Elyes Kasri: « La conjoncture impose un regain de vision »

Tunisie

Comment est perçu le point de presse organisé par le Chef du gouvernement Hichem Mechichi ? Elyes Kasri, ancien ambassadeur de Tunisie au Japon, en Allemagne et à Séoul, livre son point de vue à ce sujet dans une déclaration à leconomistemaghrebin.com.

En effet, Elyes Kasri revient sur le recours à l’endettement intérieur. Il précise dans ce contexte: « Au lieu de recourir à l’endettement intérieur et extérieur avec la sombre perspective d’un rééchelonnement de la dette tunisienne et le préjudice qui en découlera, le gouvernement Mechichi serait mieux avisé de lancer deux ou trois grands projets locomotives. Et ce avec la triple dimension création d’emplois, désenclavement des régions intérieures et environnement. Notamment pour obtenir un programme international de la conversion de la dette publique extérieure en des projets d’investissement en Tunisie. »

Chaque segment économique préconise des sacrifices lourds

« Les précédents existent mais la conjoncture impose une plus grande échelle et un regain de vision et de crédibilité du côté tunisien ». Indique-t-il.

Il a souligné : Cela dit, le Chef du gouvernement Mechichi nous a gratifiés encore une fois d’une lapalissade, car les Tunisiens savent pertinemment que leur pays traverse une crise profonde aggravée par la pandémie Covid-19. Le seul problème c’est que cette prise de conscience ne se traduit pas par un consensus sur les mesures à prendre pour sortir de cette crise.
Il ajoute que chaque segment politique, administratif et économique tunisien préconise des sacrifices lourds à faire supporter par les autres.
Selon lui, pour être crédible, le gouvernement Mechichi va devoir se serrer la ceinture et réduire sérieusement le train de vie de l’Etat. Tout en soulignant: « Car même si ces mesures d’austérité peuvent sembler de loin insuffisantes pour combler l’énorme déficit budgétaire, elles auront une grande dimension symbolique et rendront plus crédibles les appels aux sacrifices ».
Pour conclure, ce qu’il préconise comme solution c’est de mettre fin au blocage des sites de production. « Et de mener des opérations coup de poing (avec un effet durable et non pas pour le show). Et ce, pour neutraliser les réseaux de contrebande, de détournement des produits compensés et de spéculation sur les produits de consommation ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here