Oussema Khelifi: « La situation du pays ne permet plus de tergiversation »

Oussema Khelifi

Jour J. Ce mardi 1 septembre, après un mois de tractations, le chef du gouvernement désigné Hichem Mechichi est face aux députés à l’ARP, réunie en séance plénière, pour défendre le bien-fondé de ses choix. Quelle est la position du parti Qalb Tounes? Qui rappelons-le au départ n’allait pas voter pour. Mais un revirement de situation s’est imposé. Et aujourd’hui, le parti Qalb Tounes annonce sa décision de voter pour le gouvernement Mechichi.

Ainsi, Oussema Khelifi, député du parti Qalb Tounes, souligne dans une déclaration à leconomistemaghrebin.com: « Je ne sais pas si c’est un revirement de situation. Mais en tout cas, nous allons accorder le vote de confiance au gouvernement Mechichi. »

Selon lui, la situation du pays ne permet plus aucune tergiversation. Il précise dans ce contexte: « A mon avis, il faut un gouvernement stable qui devra faire face à une situation fragile. Et c’est pour cela que nous voterons pour ce gouvernement. Mais cela n’empêche que nous avons quelques réserves sur certaines nominations à la tête des ministères régaliens. D’ailleurs, ces ministres sont nommés par le président de la République contrairement à la Constitution. Et ils sont aujourd’hui présents, en marge d’un dérapage de pouvoir. »

Citant l’exemple de la nomination du ministre de l’Intérieur, Oussema Khelifi rappelle que le ministre de l’Intérieur n’est autre que le directeur de campagne de Kaïs Saïed, lors des élections présidentielles. « Ce genre d’initiative fait en sorte que l’Etat se trouve dans une situation de fragilité », poursuit-il. 

Alors, indépendamment du fait que le gouvernement obtiendrait la confiance, qu’en est-il de ses chance de survie? Car tout le monde sait que l’instabilité politique en Tunisie est devenue le sport favori des politiciens. A savoir que la survie d’un gouvernement ne dépasse pas quelques mois…

A cette interrogation, Oussema Khelifi répond: « Tout dépendra des résultats. S’ils sont bons, il va résister.  Si c’est le contraire, on sera  amené à changer de gouvernement. Aujourd’hui, Hichem Mechichi a du pain sur la planche et il a une obligation de résultat. Nous voulons que ce gouvernement travaille. Mais il est encore prématuré de parler de résultats. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here