« Périple dans les bars de la Méditerranée » de Ali Douagi traduit en portugais

ali douagi- l'économiste maghrebin

L’écrivain portugais Hugo Maia a traduit en portugais le recueil de nouvelles en arabe de l’écrivain  tunisien Ali Douaji (1909-1949).

Cette copie portugaise est réalisée en collaboration avec Abdeljelil Larbi, universitaire tunisien installé au Portugal.  A annoncé, mercredi, la Maison du roman à la Cité de la culture. Ainsi, les lecteurs portugais peuvent découvrir l’oeuvre de Ali Douagi.

Ce livre de 128 pages a paru aux éditions E- Primatur. L’éditeur portugais présente « un roman révolutionnaire qui représente un renouvellement de la littérature arabe du début du XX siècle et qui devrait être comme une surprise pour le lecteur européen car il anticipe, en quelque sorte, une réalité culturelle différente, la beat generation américain ».

La parution de ce nouvel opus dans l’une des langues les plus parlées dans le monde ressuscite l’oeuvre de Douagi, figure emblématique de la scène culturelle tunisienne du début du 20e siècle, et membre du groupe « Taht Essour ».

Pour plus de visibilité pour l’écrivain tunisien

Selon Kamel Riahi, directeur de la Maison du Roman, cette traduction vers le portugais devra contribuer à promouvoir davantage la visibilité du livre et de l’écrivain tunisiens sur la scène littéraire internationale.

Il a aussi annoncé qu’une rencontre avec le Portugais Hugo Maia aura lieu à la Maison du Roman. Dans le cadre des manifestations culturelles périodique de la maison. Sédiées au roman et à la littérature mondiale.

Le périple de Douagi était, en 1934, au départ du port de La Goulette à destination de celui d’Alexandrie en Egypte, avec des escales sur les ports ouvrant sur les deux rives de la Méditerranée. En France, en Italie, en Grèce et en Syrie.

« Périple dans les bars de la Méditerranée » constitue un récit de voyage de l’auteur qui offre au lecteur un mélange des genres littéraires. Ponctué de caricatures et cette orientation satirique qui caractérise l’oeuvre de Douagi,  les écrits de ce dernier ont paru de 1930 à 1940 dans des mensuels et hebdomadaires tunisiens.

Retour sur l’oeuvre de Ali Douagi

La revue « Le monde arabe » a publié ce périple en une série d’articles, de septembre 1935 à février 1936. La revue « Al Mabaheth » a, également, publié le périple entre juillet et septembre 1944.

La Société nationale d’édition et de publication (Snipe) a publié ce recueil de nouvelles en 1944.

Ali Douagi, nouvelliste dramaturge, journaliste et caricaturiste d’expression d’arabe est un natif du 4 janvier 1909 à Tunis. Il est décédé le 27 mai 1949, à l’âge de 40 ans.

Plusieurs de ses nouvelles, parues entre 1935 et 1959, ont été réunies dans le recueil « Sahirtou Minhou Al Layali » (autant il m’a éveillé des nuits). Les plus connues sont « Kanz Al Foukarae », « Raîi Al Nojoum » et « Omm Hawwa » qui est préfacée, en 1959, par Taha Hussein.

Malgré sa mort précoce, Ali Douagi a laissé une oeuvre importante. Son oeuvre  dessine les contours de la société tunisienne du début du siècle dernier. Elle porte le regard singulier de son auteur.

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here