Tunisie : le Covid-19 n’a pas pu freiner les protestations sociales

protestations - l'économiste maghrébin

Malgré la propagation du Covid-19, le mois d’avril a enregistré 254 mouvements de protestation dans les 24 gouvernorats tunisiens. C’est ce qu’affirme un rapport publié par le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES).

En effet, les protestations ont eu lieu malgré la propagation du Covid-19. La même source affirme que le gouvernorat de Sidi Bouzid a enregistré 75 mouvements de protestation (soit une moyenne de 2,5 protestations par jour).

Ainsi, pour la première fois, le gouvernorat de Sidi Bouzid devance celui de Kairouan en matière de protestation sociale. Il est à rappeler que ce gouvernorat enregistre un nombre très important de protestation depuis 2011. Kairouan est classé en deuxième position avec 41 protestations, Sousse (24), Médenine (20), Kasserine (17), Tataouine (14) et Gafsa (13).

Les autres gouvernorats ont enregistré dans l’ensemble 10 mouvements de protestations. Les gouvernorats qui ont enregistré le nombre le plus bas de protestation sont Tozeur, Mahdia et Nabeul. (Chacun a enregistré deux protestations).

Le Centre-ouest a enregistré le plus grand nombre de protestation (133). Quant au Centre-est, sud-est et nord-est ils ont enregistré 90 protestations. Le Sud-ouest a enregistré 20 mouvements de protestation, tandis que le nord-ouest 11. 47,6% des protestations sont des protestations spontanées dont 22,3% à Sidi Bouzid. 36,6% des protestations sont violente et/ou non-encadrées.

En effet, la majorité des revendications porte sur l’approvisionnement en produits alimentaires de base et le rapatriement des Tunisiens de la Libye. Le rapport note, également, la protestation du cadre médical et paramédical. Et ce, à cause de l’absence des moyens de protection du Covid-19 au sein des hôpitaux et la dégradation de la situation de l’hôpital régional de Sidi Bouzid.

Enfin, en ce qui concerne les manières de protester, le rapport affirme que les rassemblements de protestation étaient les moyens les plus utilisés (29,1%). Suivent les sit-in (18,1%), les appels de détresse (12,6%) et les appels via les médias (7,5%).

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here