Le bloc « El-Watania » dénonce l’instrumentalisation des débats au parlement

bloc El-Watania

Le bloc « El-Watania » au sein de l’Assemblée des représentants du Peuple (ARP) a condamné fermement « l’instrumentalisation des débats parlementaires et l’adhésion explicite de la présidence du parlement au discours de haine, de l’extrémisme et du terrorisme ». Et ce suite à l’altercation verbale survenu mercredi 15 avril lors de la plénière de l’ARP.

Dans une déclaration rendue publique vendredi, le bloc « El-Watania », formé récemment par des élus démissionnaires de « Qalb Tounes », a dénoncé l’instrumentalisation du bureau de l’ARP à « des fins de règlement de compte politique et de déclarations consacrant la logique de l’exclusion odieuse et la politique du fait accompli ».

Ces pratiques constituent « une violation criante de l’action parlementaire et des principes de la transition démocratique. Elles sont en contradiction avec les exigences de l’étape actuelle. Laquelle nécessite de faire preuve de patriotisme. Et ce pour relever les grands défis qui s’imposent au pays ». Lit-on dans le texte de la déclaration.

Discours haineux vis à vis des symboles du mouvement national

Le bloc « El-Wataniya » a appelé, dans ce sens, la présidence du parlement à se conformer à son rôle. Elle a aussi appelé à se démarquer de la politique de l’exclusion, de la division et de l’instrumentalisation.

Le bloc a condamné, en outre, les discours haineux à répétition vis à vis des symboles du mouvement national, dont l’ex-président de la République feu Habib Bourguiba.

La plénière de l’ARP tenue mercredi dernier a été marquée par une altercation verbale entre la présidente la séance Samira Chaouachi (Qalb Tounes) et la présidente du groupe du Parti Destourien Libre, Abir Moussi.

Suite à cet accrochage verbal, le bureau de l’ARP avait publié jeudi 16 avril une déclaration. Le bureau a dénoncé « toutes les formes d’anarchie, de violence, d’attaque personnelle, et d’atteinte contre la présidence de la plénière qui s’est produite plus d’une fois ».

« Ce sont des comportements odieux. Ils portent préjudice à l’image de l’Assemblée des Représentants du Peuple ». A estimé le bureau de l’ARP.

Notons que le bureau de l’ARP avait refusé la demande présentée par le bloc « El-Wataniya ». Et ce pour désigner un observateur dudit bloc au sein du bureau. Il a, en effet, expliqué son refus par le fait que « ce genre de demande est examinée à l’ouverture de chaque session parlementaire ».

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here