Conditions de transport et d’enterrement des victimes du Covid-19

transport et enterrement des victimes du Covid-19

Dans une nouvelle circulaire publiée mardi, le ministère des Affaires locales appelle à la formation d’équipes d’agents municipaux chargées du transport et de l’inhumation des victimes du Covid-19. Et ce, en respectant les mesures préventives mises en place.

Dans la circulaire, le département prescrit le transport des corps remis par les autorités sanitaires dans des housses mortuaires hermétiques. Et les placer dans des cercueils stérilisés par des équipes formées à cet effet.

Le ministère met l’accent sur les mesures administratives et logistiques accompagnant l’organisation de l’opération du transport et de l’enterrement. Et ce, conformément aux dispositions du décret 1326 de l’année 1977. Relatif aux modalités de préparation des tombes. Et fixant les règles d’inhumation et d’exhumation des corps.

Le département appelle, dans la circulaire, à la nécessité d’assurer l’inhumation des victimes du coronavirus en écourtant les rites funéraires musulmans. Il recommande la présence à l’enterrement d’un à deux membres de la famille du défunt. En plus des représentants du ministère des Affaires religieuses et des services sanitaires compétents.

« Les personnes assistant à l’enterrement sont appelées à respecter strictement les consignes. Et ce, à l’instar de la distanciation sociale, la destruction des équipements de prévention et la désinfection du moyen de transport ». Peut-on lire de même source.

Pour garantir l’intégrité du mort et par respect pour la famille endeuillée, le ministère  souligne la nécessité d’intensifier les efforts de sensibilisation à l’importance de se conformer à ces mesures exceptionnelles. Et ce, à travers la mobilisation des médias, des composantes de la société civile, des imams et autres.

Le département appelle les municipalités à coordonner avec les services sanitaires. Afin de former adéquatement les agents municipaux chargés du transport et de l’enterrement.

Sécurité et hygiène

Pour rappel, le décret 1326 de l’année 1977 relatif aux modalités de préparation des tombes et fixant les règles d’inhumation et d’exhumation des corps, précise que le creusage et la préparation des tombes sont soumis à la réglementation locale relative à la sécurité et à l’hygiène.

Ce texte réglementaire stipule, également, que l’inhumation des personnes décédées suite à une maladie contagieuse, épidémique ou infectieuse ne peut se faire qu’en présence des services sanitaires compétents. Notons que dans le cas du décès causé par une maladie contagieuse ou infectieuse, le transfert du cadavre au cimetière se fait directement de l’hôpital ou du lieu de décès.

Rappelons que la circulaire du ministère des Affaires locales a été édictée à l’issue d’une séance de travail tenue le 1er avril 2020 au siège du département. Et ce, en présence des représentants des ministères de la Défense nationale, de la Santé et des Affaires religieuses.

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here