Covid-19 – IACE : le secteur des services victime de la pandémie

Tunisie crise L'Economiste Maghrébin

88% des chefs d’entreprise ont des craintes quant à leurs activités dans les prochains 12 mois. Et ce, pendant la période de la propagation du Covid-19. Affirme un sondage réalisé par l’Institut arabe des chefs d’entreprises (IACE).

En effet, les trois quart des chefs d’entreprise interrogés ont affirmé que leurs entreprises ont subi la crise engendrée par le Coronavirus (Covid-19). 91% des entreprises exerçant dans le secteur des services ont subi la crise. 76% des entreprises qui exercent dans le secteur du commerce ont subi les répercussion de la crise engendrée par la pandémie.

Par ailleurs, il en ressort des réponses des chefs d’entreprise que leurs chiffres d’affaires seront impactés. Des entreprises exerçant dans le secteur des services enregistrent une baisse de leurs chiffres d’affaires de 70% et 62% pour le secteur commercial. Ainsi, le Covid-19 n’est pas sans entraver l’activité économique.

Les réponses dévoilent une prévision de baisses des prix. A titre d’exemple, les prix du secteur des services baisseront à 48% et ceux du secteur industriel à 20%. Par ailleurs, tous les chefs d’entreprise affirment qu’ils s’attendent à une baisse de la demande. Les chefs d’entreprise des services prévoient une baisse de la demande de 52%. Au secteur industriel, la baisse est prévue à 45%. Par ailleurs, la baisse de la demande au secteur commercial est prévue à 26%.

D’après les sondés, la crise impacte négativement l’approvisionnement des entreprises en matières premières. D’ailleurs, l’offre enregistre une baisse de 47% en moyenne aux services pour les entreprises et dépasse 19% pour les services pour les particuliers. Les réponses des interrogés sur les grands risques qu’ils encourent à cause de cette crise sont, par ordre de gravité, les suivants : baisse de la liquidité financière, chômage partiel, le risque de fermeture. Et en dernier lieu, le report des investissements prévus. Par ailleurs, ils ont évoqué d’autres risques comme la baisse du nombre des employés, l’incapacité d’honorer les engagements financiers…

Interrogés sur les solutions pour faire face à la crise, 67,51% des interrogés ont affirmé le recours au télétravail et au temps partiel. Mais 55,12% affirment que ces méthodes vont impacter négativement la productivité. Il affirment que 60% des postes d’emploi vont subir de plein fouet la crise. 60% des interrogés affirment qu’ils vont passer au chômage technique ou à la fermeture. 66,67% des interrogés affirment qu’ils font face à des problèmes financiers.

80,12% ont des problèmes d’approvisionnement en matières premières. Ce problème touche en particulier les entreprises commerciales et les entreprises du secteur industriel. 44,23% des chefs d’entreprise affirment qu’il ont annulé les commandes d’exportation du mois de mars dont 40,38% de chefs d’entreprise, qui ont annulé les demandes d’exportation, ont affirmé qu’il vont enregistrer une baisse de leurs chiffres d’affaires. Près de 89% des interrogés recommandent à ce que l’Etat intervienne avec des mécanismes d’aide. Et ce à travers des incitations fiscales et financières, baisse des cotisations sociales…

Concernant la période de la crise, 78% des interrogés estiment que la crise va durer de trois à six mois. 96,7% des interrogés expriment leur crainte sur l’impact de la crise sur leur activités pendant les six prochains mois. Et 88% des chefs d’entreprise interrogés expriment leur crainte pour les prochains 12 mois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here