Nabil Bziouech : le tourisme tunisien aurait vécu une catastrophe si le coronavirus s’était déclenché

tourisme tunisien - l'économiste maghrébin

Le tourisme tunisien  aurait vécu une catastrophe si le coronavirus s’était déclenché au cours de la haute saison. C’est ce que souligne le Directeur général de l’Office national du tourisme de Tunisie (ONTT) Nabil Bziouech. Le DG indique  que son apparition au cours de la baisse saison diminue ses retombées. D’ailleurs, le flux touristique a réalisé du 1er janvier au 20 février 2020 une augmentation de 7%. Et ce, en comparaison avec la même période de l’année 2019.

Le Directeur général de l’ONTT a accordé une interview à l’agence TAP. Dans cette interview, il revient  sur la situation du secteur touristique en Tunisie. Et ce, à un moment où le coronavirus se propage. L’invité explique également comment l’ONTT gère la situation.

Quelle est l’actuelle situation du tourisme tunisien ?

A l’heure où le coronavirus est en prolifération, la Tunisie assure une veille. Et ce à travers le suivi de la situation et de son évolution. D’ailleurs, nous veillons  à éviter le maximum de pertes, à prendre toutes les précautions. A cela s’ajoute  l’impératif de  diffuser une bonne image du pays. Ces efforts  reflètent  la  bonne préparation de la Tunisie  et son interaction avec tous les rebondissements.

Par ailleurs, les réservations annulées dans toutes les zones touristiques ne sont pas importantes. Elle se situent  entre 2000 et 2500. Nous attendons encore  des statistiques confirmées. Elles concernent notamment la région de Tozeur.

Notons que  les touristes chinois ne sont pas attirés par le tourisme balnéaire.  Cependant, ils  se rendent au Sahara tunisien après la haute saison. Il s’agit de la période qui s’étale du 1er janvier au 30 avril de chaque année. D’autres nationalités ont remplacé le manque venant de la Chine et de certains pays asiatiques ainsi que de l’Italie.

Je ne prévois pas une forte baisse du flux touristique chinois. D’ailleurs, environ 30 mille touristes ont visité la Tunisie au cours de la dernière saison. Les statistiques de l’Office indiquent que cette baisse a atteint  3,21%. Et ce  au cours de la période s’étalant du 1er janvier au 20 février 2020. Leur nombre a atteint  3637 touristes contre 4623 touristes au cours de la même période de 2019.

Le rythme des réservations a quelque peu régressé en mars 2020 par rapport à la période écoulée, mais il ne s’agit pas de la haute saison au cours de laquelle la Tunisie accueille en moyenne un million de touristes au maximum, soit environ 10% des arrivées touristiques annuelles.

La Tunisie n’a pas enregistré, jusqu’à ce jour, des cas de contamination par le coronavirus a affirmé le conseil ministériel réuni le 26 février 2020, mais la conjoncture internationale est difficile et se complique davantage pour passer d’une situation endémique à une crise économique, car les indicateurs de plusieurs bourses en Europe, en Chine et en Amérique sont en chute, bien que les organisations mondiales de la santé et du tourisme qui travaillent étroitement ensemble depuis l’apparition du virus n’ont pas pris de mesures d’interdiction et de limitation des voyages.

En revanche, plusieurs tour opérateurs ou compagnies d’aviation ont annulé leurs vols, surtout ceux en provenance de la Chine dans un premier temps et de certains pays asiatiques et actuellement de certaines villes italiennes, à l’instar du nord de l’Italie et de Milan essentiellement.

L’impact sur le flux touristique se ressent actuellement dans tout le monde et l’organisation de plusieurs manifestations a été impactée comme en dénote l’annulation de la foire du tourisme de Berlin (4-8mars 2020), mais je pense que cet état des choses pendra fin à la fin du mois de mars 2020.

Si la situation évolue et que certains pays commencent à prendre des mesures d’interdiction des voyages, notamment si elles sont décidées par l’Organisation du tourisme, à ce moment là, nous agirons mais pour le moment nous sommes en état de veille.

Comment l’office gère-t-il  cette situation du tourisme tunisien ?

La crise est flagrante. Elle a suscité une certaine psychose au sein de la société. Mais nous ne devons pas paniquer. La Tunisie suit de près la situation et l’ONTT œuvre étroitement avec le ministère de la santé dès le début, assiste à toutes les réunions et suit toutes les procédures et les recommandations.

Une cellule au sein de la direction générale de la commercialisation supervise quotidiennement avec les représentations de l’ONTT à l’étranger la situation dans les pays concurrents et au niveau de toutes les destinations touristiques, pour que nous soyons prêts à faire face à toute nouveauté et puissions prendre les mesures nécessaires.
Sur le plan régional des cellules de suivi ont été créées au niveau des commissariats régionaux au tourisme auxquelles a été confiée la coordination avec les gouverneurs, les directions régionales de la santé et les responsables des aéroports dans leurs régions pour collecter toutes les informations et les communiquer aux propriétaires des hôtels et aux agences de voyages, qui pour leur part leur présentent les dernières données sur les annulations éventuelles.

La situation difficile en Tunisie de laquelle on peut parler, ce sont les pertes financières supportées par les agences de voyages, après l’annonce de l’Arabie Saoudite relative à la suspension provisoire de l’entrée sur son territoire pour effectuer le petit pèlerinage (La Omra), laquelle annonce s’inscrit dans le cadre des mesures destinées à éviter la propagation du « coronavirus », d’où l’impact qui se fait sentir sur les agences de voyages qui ont des engagements financiers comme la location des avions et des hôtels…donc la crise concerne la Omra mais les autres pertes sont plus faciles à récupérer.

Après la reprise du secteur touristique en 2019, la Tunisie ambitionne d’atteindre 10 millions de touristes en 2020. Pensez-vous que cela est possible dans l’actuelle situation?

La situation actuelle n’affecte pas notre action pour atteindre cet objectif car d’une part cette période n’est pas la haute saison d’autant plus qu’elle représente, comme je l’ai dit, une période où l’affluence touristique ne représente que 10% de l’ensemble de nos activités annuelles.

Je prévois l’aboutissement de la crise du tourisme tunisien  à la fin de mars 2020 et les touristes qui ont retardé leurs voyages se dirigeront vers leurs destinations. Nous sommes optimistes pour cette saison estivale qui connaîtra une baisse de l’expansion du coronavirus sous l’effet de la chaleur.

Interview réalisée par la TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here