Langage de foot

foot

Faire bloc, chercher les failles, et remettre de l’ordre dans ses rangs en revoyant sa stratégie. Donner la priorité à l’attaque. Remonter l’écart. Maîtriser l’entrejeu etc, etc.

« Loughatou al koura » (langage du foot), cela fait longtemps que le jargon du foot est entré dans les moeurs politiques. Nul besoin de dresser une liste exhaustive d’un lexique fort riche en rebondissements…

On s’autorise tous les coups bas, tous les coups tordus en violant allègrement toutes les chartes de la bienséance. On ne réalise pas que, par-delà les querelles de personnes, c’est bien l’avenir du pays qui est en jeu.

Quand on lui a demandé pourquoi la gauche est tombée si bas, Abid Briki syndicaliste rompu qui n’est pas le premier venu en politique, a eu cette réponse : « Par vocation, la gauche a toujours joué l’attaque, étant convaincue que comme dans le football, la meilleure défense, c’est l’attaque ».

Tout en soulignant, avec malice, que la gauche a manqué de percussion en raison de l’absence cruelle de bons régisseurs. Revenir au centre pour se créer des occasions, et marquer. Pas si difficile que ça, encore faut-il le faire.

Très subtile comme formule qui pourrait s’appliquer aussi à un centre lui aussi en déperdition, et qui cherche une remontée dont il peine à trouver les contours.

Joli clin d’oeil, quand on sait que c’est en allant vers ce centre que l’on peut espérer élaborer une stratégie à même de mener droit au but recherché. « Al aila al wassatia » (famille centriste), voyez dans quel état elle est ! Défaite et décomposée, la famille centriste, même si l’expression a pris de sérieuses rides.

Valeurs perdues !?

Les Marzouk, Jomaa, Brahim, Saiidi et toute la smala mise en déroute, veulent se rassembler selon le credo que ceux qui se ressemblent, s’assemblent, soit. Mais j’ai du mal à croire qu’on a bien retenu la leçon. Et les profiteurs, c’est bien sûr toutes ces personnes peu recommandables qui vont désormais peupler notre quotidien…

La grande supercherie peut donc tranquillement continuer son œuvre, sans gros nuages, avec seulement quelques petites averses et par intermittence, quelques vents légers qui ne présentent aucun danger.

Quand en plus, vous avez un président de la République toujours les traits tendus, qui se répand en incantations faute de mieux, cela ne peut que faire douter les gens…Et si, en plébiscitant l’ancien professeur de droit, tout le monde s’était trompé ? Quand vous avez encore dans le pays des citoyens qui n’ont même pas le minimum requis, comment pouvez-vous rester sans réaction ? Discrimination positive avez-vous dit ?

Il n’est guère surprenant de voir que des valeurs aussi fondamentales que le patriotisme et tout ce qui relève de l’attachement, de l’appartenance et de l’engagement se soient perdues dans le tourbillon d’illusions elles aussi perdues. Je reste dans l’émotion. Et je vous dis kol am wa antom bikhaier (bonne année).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here