Défis de la Tunisie pour les eaux non conventionnelles

eaux usées

Une rencontre sur le thème « Défis de la Tunisie pour les eaux non conventionnelles » a été organisée. Et ce, en marge de la première édition du Salon International de la valorisation des ressources hydriques non conventionnelles et traitement des eaux.

« Plusieurs études ont été réalisés et des efforts ont été déployés, surtout durant les années 80 et 90. Et ce, afin d’assurer le développement de l’utilisation des eaux usées dans les zones de demande. Toutefois, les programmes lancés ne reposaient pas sur une méthodologie claire ». C’est ce qu’a indiqué Faycal Sayari, technicien principal à la Direction générale du génie rural et exploitation des eaux (DGGREE).

Par ailleurs, Sayari a rappelé que la réutilisation des eaux usées permet de protéger l’environnement des rejets avec une valorisation stagnante. Il permet aussi de trouver un équilibre hydrique entre les différentes régions. En particulier celles pauvres en eau et de réduire l’épuisement des nappes phréatiques dans les régions du centre et du sud. Celles-ci dépendent de l’exploitation des puits de surface et profonds.

Ainsi, il a appelé à tirer le meilleur parti de ces ressources disponibles tout au long de l’année. Ces ressources ne sont pas directement affectées par les changements climatiques ».

Donner les moyens à l’ONAS

Le volume annuel des eaux non conventionnelles produites par l’ONAS, selon lui, est passé de 140 Mm3, durant les années 90, à 275 Mm3 actuellement. Quant au volume distribué, il est passé de 5,5 Mm3 à 18 Mm3, aujourd’hui, « soit l’équivalent d’un barrage ».

D’après lui, l’utilisation adéquate de ces ressources dans les périmètres irrigués repose sur une qualité des eaux conforme à la norme. Mais aussi des cultures tolérées par la réglementation, d’une gestion adaptée de l’eau et du sol à la parcelle. En outre cela dépend du contrôle périodique des eaux, des sols, des cultures et des agriculteurs.

Toutefois, le responsable a estimé que la plupart des eaux usées distribuées ne répondent pas aux normes en vigueur. Surtout que l’ONAS, comme la plupart des établissements publics, souffre de problèmes financiers, limitant ses interventions.

Partant de ce constat, il a souligné l’impératif de déclarer l’ONAS comme organisme pollueur. Il faut lui donner les moyens nécessaires pour qu’il prenne sa responsabilité de produire des eaux qui répondent aux normes de rejets dans le milieu récepteur. Elles doivent aussi être satisfaisantes pour l’utilisation agricole.

Source: TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here