Lancement de Mooc sur le thème « Radicalisations et Terrorisme »

Mooc

Le terrorisme touche un grand nombre de pays. La Tunisie comme d’autres pays y est confrontée. 

En Tunisie la 3e édition d’un cours en ligne  « Radicalisations et Terrorisme »,  est ouvert aux inscriptions. Et ce, depuis le 14 octobre 2019.

En fait, l’Université de la Manouba et l’Institut Arabe des droits de l’Homme proposent un MOOC (Massive Open Online Course, enseignement de masse en ligne). Et cela, en partenariat avec l’UNESCO, l’UNOCT et l’Université Virtuelle de Tunis.

Rappelons que le MOOC est  conçu et créé à la suite des attentats de 2015 en Tunisie. Il est important de faire une réflexion pluridisciplinaire et d’offrir des pistes innovantes pour comprendre et lutter contre la radicalisation.

Mooc : sensibiliser des jeunes au-delà des frontières

Par ailleurs, l’objectif de ce cours  est de sensibiliser des jeunes au-delà des frontières tunisiennes et de susciter l’échange et le dialogue entre plusieurs pays de la région.

Outre les formations en ligne,  des sociologues, psychologues, historiens, spécialistes des droits humains, géo-stratèges ou encore des politologues  interviendront durant ces cours. L’objectif est de  déchiffrer ces phénomènes. Mais aussi comprendre leurs causes et leurs manifestations. Ces interventions prendront la forme de webinaires hebdomadaires.

En outre, le cours se déroulera sur sept semaines. Evoquant plusieurs thèmes variés, on note “Le terrorisme dans le temps et l’espace” ; “Terrorisme au nom de l’islam” ; “Déficits et vulnérabilités : terreau du terrorisme” ; « Fabriques du terrorisme » ; « L’univers du terroriste » ; « Du citoyen au ‘terroriste’ : Les processus de radicalisation » et « Agir contre le terrorisme ».

Quant au format  des cours, il s’agit de 28 textes et vidéos de 5 à 7 mn, en arabe, français et anglais. Il allie des réflexions d’universitaires avec des témoignages de repentis et de familles de djihadistes, des visions d’artistes, des études d’analystes et des expériences concrètes autour de ces expressions de la violence politique et sociale.

Rappelons que le lancement de cette édition s’inscrit dans le cadre du projet conjoint de l’UNESCO et de l’UNOCT : « Prévention de l’extrémisme violent à travers l’autonomisation des jeunes en Jordanie, en Libye, au Maroc et en Tunisie » (cofinancé par le Canada).

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here