GAFI : la sortie de la Tunisie de la liste noire favorise l’investissement

GAFI Sortie de la Tunisie de la liste noire

La sortie de la Tunisie de la liste noire du GAFI est le résultat d’efforts multilatéraux et d’un engagement de haut niveau. Ce qui a permis cette sortie dans des délais  records. Ce qu’a annoncé Marouane El Abassi, Gouverneur de la BCT et président de la CTAF, aujourd’hui, lors d’un point de presse.

Y ont pris part Mohamed Ridha Chalghoum, ministre des Finances, Mohamed Karim El Jamoussi, ministre de la Justice, Faycel Derbel, président de la commission d’analyse financière, Lotfi Hachicha, secrétaire général de la CTAF et Nadia Gamha, vice-gouverneur ainsi que des représentants de médias.

Dans le même cadre, le gouverneur a précisé qu’un groupe de travail a été formé au niveau de la commission d’analyse financière. Ce groupe a coopéré avec tous les appareils de l’Etat. Et ce, pour permettre à la Tunisie de réussir ce processus.

Il a ajouté que la sortie de la Tunisie de cette liste est un indice positif pour les investisseurs. Notamment vu la transparence du pays sur le marché financier et la création d’opportunités d’investissement à moyen et long termes.

En outre, M. El Abassi a estimé que le travail devrait être plus efficace et professionnel dans la période à venir. Et que la BCT veille à suivre de près le traitement des différentes mesures par les banques tunisiennes.

De son côté, Mohamed Karim El Jamoussi a déclaré que cette sortie constitue un événement historique important pour la Tunisie. Surtout qu’elle résulte d’un travail commun dans un temps record, soit seulement 17 mois.

Cette sortie aura, selon ses dires, beaucoup de répercussions positives sur l’économie tunisienne. Notamment en matière d’amélioration de l’investissement, qui se base sur la confiance. Une confiance qui dépend, elle-même, de la transparence et de la conformité aux normes et standards internationaux.

« La transparence constitue l’investissement le plus rentable »

Dans le même sillage, Mohamed Ridha Chalghoum a assuré que la sortie de la Tunisie  aura un impact très positif au niveau de l’investissement. Tout en estimant que la transparence constitue l’investissement le plus rentable.

Et de souligner que la Tunisie dispose de tous les mécanismes nécessaires. Et ce, pour lutter contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.

Egalement, Faycel Derbel a fait savoir que les efforts déployés pour réussir cette sortie auront un impact sur d’autres classements internationaux. Tels que le rapport annuel Doing Business 2020 de la Banque mondiale.

Il a déclaré que dans ce récent rapport, la Tunisie avait réussi à gagner deux points au classement général, passant de la 80ème à la 78ème place. La Tunisie a, aussi, réussi à progresser dans l’indice de création d’entreprises du même rapport. Tout en gagnant 44 points, passant de la 63ème à la 19ème place.

Différentes étapes de la mise en œuvre du plan d’action de la Tunisie adopté par le GAFI

Pour sa part, Lotfi Hachicha a présenté les différentes étapes de la mise en œuvre du plan d’action de la Tunisie adopté par le GAFI. Elles sont comme suit :

  • Novembre 2017 : acceptation et lancement de l’exécution du plan d’action lors de la plénière du GAFI en Argentine.
  • Janvier 2018 : présentation et discussion du premier rapport de suivi avec le groupe conjoint. La délégation tunisienne a exposé en février 2018 les actions entreprises durant le quatrième trimestre de 2017.
  • Mai 2018 : un deuxième rapport est soumis au groupe conjoint. Sa discussion a eu lieu en juin 2018. Ce rapport a été, ensuite, discuté lors de la plénière du GAFI.
  • Septembre 2018 : la CTAF a présenté un troisième rapport au groupe conjoint qui a été discuté lors de la plénière d’octobre 2018. Le GAFI a conclu en invitant la Tunisie à poursuivre l’exécution du plan d’action. Et ce, en mettant en exergue les différentes actions entreprises durant le 3ème trimestre.
  • Janvier 2019 : présentation du quatrième rapport au groupe conjoint et sa discussion lors de la plénière tenue en février 2019. Notamment pour déterminer l’état d’avancement des obligations du plan d’action.
  • Mai 2019 : présentation du cinquième rapport au groupe conjoint et sa discussion lors de la plénière en juin 2019. L’objectif est d’exposer les avancées entre mars et mai 2019.
  • Août 2019 : la Tunisie a soumis son sixième et dernier rapport au groupe conjoint. Il s’agit d’un rapport spécial qui concerne les préparatifs de la visite. Il a aussi relaté les actions entreprises durant le troisième trimestre 2019.
  • Septembre 2019 : le groupe conjoint, composé de dix experts, s’est rendu en Tunisie le 15 septembre 2019. Et il a amorcé sa mission les 16 et 17 septembre au sein de la BCT. Il a continué ses travaux au sein de la BCT pour recevoir les délégations des pays qui font l’objet d’un suivi du GAFI. Et ce, durant les 18 et 19 septembre.
  • Octobre 2019 : le 15 octobre, discussion du rapport de la visite que le groupe conjoint lui a relevé. Lors de la plénière, il a été recommandé le retrait de la Tunisie de la liste des pays sous surveillance. Le 18 octobre, la plénière a discuté cette recommandation et a décidé le retrait officiel de la Tunisie de cette liste.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here