FTDES : les candidats doivent rendre publique leur position face à l’ALECA

ALECA Secteur agricole Tunisie UE

Le FTDES appelle les candidats à l’élection présidentielle à exposer leur position concernant l’Accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA). Il leur demande aussi de s’exprimer sur les questions de la migration et de la mobilité. Des sujets qui sont au cœur des négociations entre la Tunisie et l’UE.

Ainsi, le FTDES invite les différents partis politiques et les candidats aux élections législatives et présidentielle à répondre au questionnaire publié sur le site électronique du FTDES. Il souhaite qu’ils intègrent leur argumentaire sur la question dans leurs programmes électoraux.

En effet, le Forum Tunisien des Droits économiques et sociaux souligne la nécessité de suspendre les négociations entre la Tunisie et l’UE sur l’ALECA. Il estime qu’elles exigent, d’abord, le respect du timing, du processus démocratique et la réponse aux conditions d’une négociation équilibrée.

De ce fait, il a sollicite de la Tunisie une proposition de projet de coopération. Lequel renforcerait les droits économiques et sociaux des citoyens et protégerait la souveraineté nationale. Le Forum met en garde contre les répercussions de cet accord sur l’économie et la souveraineté du pays.

Car, les aides financières de l’UE et du fonds monétaire international (FMI) pousseront la Tunisie à céder; en acceptant les modifications réglementaires qui lui seront imposées, estime le FTDES. Le Forum  insiste sur « le déséquilibre des négociations à cause de la dépendance du pays et de sa situation économique difficile ».

Enfin, notons que le gouvernement tunisien entame, depuis 2015, des négociations sur l’Aleca. Et ce, suite à une proposition officielle de l’UE lancée depuis 2011. Et le FTDES précise qu’il figure parmi les parties opposées à cet accord.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here