Redresser la situation économique, l’immense chantier

situation économique L'Economiste Maghrébin

Les rendez-vous électoraux (présidentielle et législatives) vont-ils permettre de faire émerger une classe politique, capable de jouer son rôle dans l’amélioration de la situation économique et sociale de la Tunisie post-révolution?

La mission des nouveaux locataires des Palais de Carthage et de la Kasbah s’avère difficile. Et ce, au vu de la dégradation de la situation économique du pays et du large écart constaté entre les objectifs fixés et ce qui a été réellement réalisé, durant les cinq dernières années.

Et à la veille du démarrage de la campagne électorale présidentielle, laquelle sera suivie de celle des législatives, les candidats à la présidence lancent des promesses. Que certains experts qualifient de « creuses et d’irréalisables », surtout sur le court terme.

Zoom sur la situation économique du pays

Tout d’abord, le taux de croissance atteint au cours du premier semestre 2019, 1,1%. Alors que les prévisions de la loi de Finances 2019 tablent sur la réalisation d’une croissance annuelle de 3,1%.

Toutefois, économistes et institutions mondiales estiment impossible la réalisation d’un tel taux, d’ici la fin de l’année. Surtout avec la régression de la valeur ajoutée des industries manufacturières (-0,8%) et non manufacturières (-2,6%), durant le 2ème trimestre de l’année en cours.

D’ailleurs, les estimations des experts ne surprennent pas les Tunisiens. Car, ils ressentent une détérioration de la situation économique après la révolution du 17 décembre 2010-14 janvier 2011.

Situation économique difficile et compliquée

Ensuite, nombre d’experts ont été unanimes à souligner que « la situation économique demeure très difficile, compliquée même ». Et ce, fin août, lors d’une conférence-débat, organisée par l’ATUGE sur le thème: « Les politiques monétaires et budgétaires et la stabilité financière de la Tunisie. »

L’ex-ministre des Finances, Hakim Ben Hammouda avait indiqué, à cette occasion, que « la stabilisation de certains indicateurs économiques reste encore, fragile malgré la bonne tenue du dinar et la relative maîtrise de l’inflation ». Évoquant notamment, les niveaux de la dette publique et des dépenses publiques, la situation des entreprises publiques et des caisses sociales. Outre le faible taux de croissance enregistré au cours des deux dernières années et le recul des indicateurs industriels et de l’investissement.

Face à cette situation, Hakim Ben Hammouda a souligné qu’il est nécessaire d’assurer une grande cohérence et une coordination entre les politiques monétaires et budgétaires pour rééquilibrer le budget. Selon lui, la relance de l’investissement et la mise en place de réformes sectorielles et structurelles visant une refonte du modèle de croissance nationale, constituent des priorités.

Même l’amélioration du taux de change du dinar depuis le 1er février 2019 et jusqu’à fin août, résulte de la stabilisation des réserves en devises, grâce aux emprunts extérieurs obtenus par la Tunisie (3,5 milliards de dinars au cours du premier semestre 2019), a fait savoir l’expert comptable, Walid Ben Salah.

Selon les données de la BCT, le 29 août 2019, l’euro s’est échangé à 3,171 dinars et le dollar, à 2,864 dinars.

Les économistes sont unanimes à déclarer que les indicateurs de l’endettement en Tunisie sont inquiétants. D’autant plus que le taux d’endettement public demeure élevé, même s’il a marqué une baisse. Ce dernier s’établit à 70,9%, au mois de juillet 2019, contre 76,7% en 2018.

Échec des politiques économiques

Par ailleurs, les politiques économiques adoptées depuis la révolution n’ont pas réussi à solutionner les problèmes du chômage et de la pauvreté, deux revendications de la révolution tunisienne.

Le taux de chômage demeure élevé, malgré une légère régression, puisqu’il atteint encore 15,3% (2ème trimestre 2019), alors qu’il était à 15,4% en 2018, 15,3% en 2017 et 15,6% en 2016.

A cet égard, le fonds monétaire international (FMI) prévoit une hausse du taux de chômage, en Tunisie à 15,5%. Par ailleurs, le taux de pauvreté dépasse les 15,2% depuis l’année 2015.

Un gap entre les taux de croissance promis et ceux réalisés dans les lois de Finances depuis 2014. La Tunisie n’a réussi à réaliser aucun des taux de croissance promis dans le cadre des lois de Finances adoptées depuis 2014, date des dernières élections présidentielle et législatives, comme le montre le tableau suivant :

Année                    Taux de croissance réalisé                  taux de croissance prévu

2013                                 2,3%                                                          4,5%

2014                                 2,3%                                                          4%

2015                                 0,8%                                                          3%

2016                                 1%                                                            2,5%

2017                                 1,9%                                                         2,5%

2018                                 2,5%                                                        3,1%

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here