Alain Giresse : « L’Espérance jouerait au championnat français sans aucun problème »

Alain Giresse L'Economiste Maghrébin

Interviewé par Bein Sports, le sélectionneur national des Aigles de Carthage a livré ses impressions sur les équipes tunisiennes qui évoluent au championnat. Il s’exprime aussi sur l’apport des joueurs binationaux à l’équipe nationale.

Dans une interview accordée hier jeudi à Bein Sport, le sélectionneur national des Aigles de Carthage Alain Giresse évoque évidemment les ambitions de la Tunisie pour la CAN 2019. Elle aura lieu cet été en Egypte. Il donne ses impressions sur le championnat national et sur certains joueurs évoluant à l’étranger et qu’il aimerait faire intégrer au sein de l’équipe nationale.

« Le championnat national a de la valeur »

Concernant le championnat national, Alain Giresse considère que championnat tunisien a de la valeur. « Les équipes tunisiennes brillent dans les compétitions africaines et le dernier exemple en date est l’EST », affirme-t-il.

Et d’ajouter : « L’Espérance Sportive de Tunis  jouerait en Ligue 1 sans aucun problème. Pas forcément les premiers rôles, mais elle tiendrait sa place au milieu de tableau. C’est une équipe avec des arguments et très structurée ». Mais il n’y a pas que le club de Bab Souika qui trouve grâce aux yeux du technicien français. Puisqu’il y a « d’autres clubs très intéressants comme l’ES Sahel, Sfax ou Bizerte. Le Club Africain est un peu plus en difficulté ces derniers temps, mais ça reste une place forte. Ce sont des clubs avec des histoires et des valeurs en Tunisie. »

Wajdi Kechrida, Badri, Ben Mohamed et les autres…

Interrogé sur les joueurs ayant attiré son attention dans le championnat, le coach de la sélection nationale n’a pas caché son admiration pour la nouvelle recrue, le joueur de l’Etoile Wajdi Kechrida. « Un très bon latéral droit. Il est rentré en équipe nationale comme s’il avait toujours joué en sélection. Il a été formé à Nice. Il a un sacré bagage tactique. Il était vraiment à l’aise. Ensuite,il y a les joueurs reconnus à l’instar de Badri ou Ben Mohamed par exemple. »

Le dilemme des binationaux

Concernant les nouveaux renforts de joueurs binationaux, Alain Giresse révèle qu’il y a des démarches en cours. « Il y a toujours des démarches en cours. On travaille beaucoup avec la Fédération. Dans tous les pays, c’est compliqué. En Tunisie, on parle beaucoup de Yan Valéry (Southampton). Yan Valéry a joué avec les équipes nationales françaises. Pour le moment, on est dans l’attente. Peut-être que dans un an, deux ans, il viendra. Le contact et le suivi sont toujours maintenus. Et ça, c’est important pour que le joueur ait un jour le déclic et vienne », précise-t-il.

Et qu’en est-il du dossier de Wissem Ben Yedder l’attaquant de Séville ? Le coach national dit comprendre le dilemme de ce joueur qui pourra également intégrer l’équipe de France « Ce n’est  pas facile. La valeur du joueur ne se discute pas ».

Enfin, en ce qui concerne le Germano-tunisien Jeremy DudziaK qui evolue au FC Sankt Pauli, en 2 Bundesliga, Alain Giresse déclare : « Lui aussi est passé par les équipes de jeunes en Allemagne. Ces joueurs ont toujours un espoir de jouer plus haut. L’autre point compliqué, c’est de leur faire accepter les conditions de jeu qui peuvent être très compliquées en Afrique ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here