La FTF vole au secours du Club Sportif Sfaxien menacé de lourdes sanctions

Club Sportif Sfaxien L'Economiste Maghrébin

La FTF a décidé de prendra la défense des intérêts du Club Sportif Sfaxien, menacé de lourdes sanctions par la CAF. Wadii Jarii se déplacera demain dimanche au Caire pour défendre leur dossier.

La CAF se prononcera demain dimanche sur les mesures disciplinaires à prendre, suite aux scènes de violence qui ont entaché la fin de la rencontre qui a eu lieu, dimanche dernier, entre la RS Berkane et le CSS en demi-finales retour de la Coupe de la Confédération de la CAF.

Un match miné par l’arbitrage

L’aventure africaine du Club Sportif Sfaxien s’est arrêtée en demi-finale. Vainqueur (2-0) au match aller au Stade Taieb M’hiri face à la Renaissance Sportive de Berkane, le CSS a été sévèrement corrigé (0-3) par le même adversaire lors du match retour au Maroc.

Largement dominé par les Marocains dans un match infesté par un arbitrage totalement acquis aux locaux, le navire du CSS a pris de l’eau en première mi-temps en encaissant trois buts signés par Kodjo sur penalty à la 8e minute, Nemssaoui sur coup-franc direct (19e) et Dayo (31e).

De la violence au lieu de la retenue

Notons que les joueurs tunisiens et le staff technique et administratif ont vécu un calvaire avant le match. Une vidéo montre le déclenchement des sonnettes d’alarme dans l’hôtel où résident les joueurs qui ont été tirés de leurs lits à l’aube, se retrouvant dans les couloirs complètement sonnés par le bruit strident de la sirène.

Mais ces tentatives infantiles visant à déstabiliser les joueurs et les erreurs préméditées de l’arbitrage, justifient-ils que les joueurs et les dirigeants sfaxiens eurent tenté d’agresser l’arbitre international sénégalais, Maguette N’diaye avant de saccager une partie des vestiaires ?

On peut comprendre la frustration et la colère des Safaxiens éliminés de la sorte, mais la manière est condamnable. D’autant plus que la main de la CAF risque d’être très lourde.

Devançant les décisions de la CAF, la  Fédération Tunisienne de Football (FTF) a indiqué qu’elle prendra en charge la défense des intérêts du Club Sportif Sfaxien dans le dossier du match de la demi-finale de la Coupe de la Confédération face à la RS Berkane.

En effet, une correspondance a été envoyée à la CAF pour demander une audience afin de présenter le point de vue de la partie tunisienne dans cette affaire.

D’autre part, la plus haute instance du football tunisien  tunisienne de football a envoyé une correspondance à la fédération royale marocaine de football, en protestation contre le harcèlement et les provocations subis par la délégation du CS Sfaxien au Maroc.

A noter que Faouzi lekjaa n’est autre que le président de la RS Berkane, président de la Fédération royale marocaine  du football et membre influent du bureau exécutif de la CAF

Suivez mon regard !

1 COMMENTAIRE

  1. “Tirés de leurs lits à l’aube par une alarme”, “complétement sonnés ” !!
    Pauvres petits loups qui faisaient dodo !!!!
    On vois bien que les joueurs sfaxiens n’ont pas l’habitude de se lever à l’aube pour la prière.
    Arrêtez de justifier l’arrogance, la suffisance, la médiocrité d’un club qui pensait gagner haut la main.
    Arrêtez de justifier la violence et l’agression d’un club qui a chargé en meute un pauvre arbitre noir.
    Arrêtez de chercher l’excuse complotiste (arbitrage / lekjaa) pour sauver un club qui a déshonoré la Tunisie.
    Le football Tunisien est gangréné par la violence, la politique, la mafia, les pots de vins, l’hooliganisme, le dopage, les passe-droits, la criminalité financière, la corruption etc.
    Il est temps de laver les écuries d’Augias du sport Tunisien, c’est note devoir et notre honneur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here