Relations tuniso-chinoises : plus de 200 entreprises et hommes d’affaires à Tunis

relations tuniso-chinoises - l'économiste maghrébin

L’ambassadeur chinois en charge du Forum sur la coopération sino-arabe a affirmé que le Commerce électronique et l’implication des PME sont deux facteurs capables de renforcer davantage la relation économique sino-tunisienne. Quelles perspectives pour les relations tuniso-chinoises ? 

Intervenant dans le cadre du premier panel qui porte sur « la diversification des relations économiques entre les pays arabes et la Chine, dans le cadre de la quatrième révolution industrielle », de la huitième édition du Forum des hommes d’affaires arabes et chinois et la sixième édition des investissement, Li Chengwen plaide pour le renfoncement des relations entre les pays arabes et la Chine en général, et la Chine et la Tunisie en particulier. Il préconise la nécessité de la hausse des exportations tunisiennes d’huile d’olive vers la Chine. D’après lui, cela permettra de mieux renforcer la coopération économique.

Les conditions du renforcement des relations tuniso-chinoises

De son coté, le ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, Zied Ladhari, déclare que le renforcement des relations économiques passe par plusieurs conditions. La première condition est le financement. Dans ce contexte, le ministre rappelle que la Tunisie a présenté sa candidature pour devenir membre à la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures. Cette adhésion ne manquera pas de se concrétiser prochainement, lance-t-il.

La deuxième condition n’est autre que la volonté politique des deux pays. Le ministre se félicite de la volonté de la Tunisie et de la Chine de renforcer leur coopération. Pour lui, l’organisation du forum à Tunis témoigne de cette volonté. Le ministre estime que la préférence doit être donnée aux secteurs prioritaires, à l’instar de l’intelligence artificielle, des TIC et de l’industrie manufacturière. Une troisième condition est le capital humain. Sur ce volet, le ministre a fait savoir que la Tunisie dispose d’un capital humain hautement qualifié capable d’exceller. En ce qui concerne le cadre juridique, le ministre déclare que la nouvelle loi sur l’investissement est capable d’attirer les investisseurs chinois. A la fin de son intervention, le ministre a indiqué que ce genre de partenariat aura un impact positif en matière d’inclusion sociale et économique en Tunisie.

Slim Feriani, le ministre de l’Industrie et des PME rappelle que plusieurs entreprises chinoises exercent en Tunisie. Ces entreprises ne manquent pas d’exceller. Ainsi la Tunisie doit regarder les changements que la Chine a pu opérer en Afrique. L’Afrique compte une population de 1,5 milliard d’habitants. A l’horizon 2030, le nombre de ses habitants atteindra 2,5 milliards d’habitants. « La Tunisie est le portail de l’Europe et de l’Afrique et il faut savoir tirer profit de cet emplacement stratégique », lance-t-il. Récemment, le ministre avait affirmé qu’il avait reçu une délégation chinoise et que la rencontre était concluante.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here