Lancement de la DJ Academy for girls

DJ L'Economiste Maghrébin

En quelques années, les DJ Girl sont devenus de véritables icônes dans le monde musical. Entre un mode de vie déglingué, musique, fête et notoriété, ce métier  fait rêver. Zoom sur la réalité dans nos contrées.

Etre DJ women ça existe! 

 Pour être animateur musical,  il faut avoir des compétences, des connaissances techniques. Une bonne partie d’entre eux ont commencé en amateurs, puis ils sont devenus des professionnels avec une formation reconnue. Mais peut-on parler des Djettes women? 

Eh oui, être DJ women existe bel et bien. Voilà que Future Female Sounds (Danemark) et La Fabrique Coworking Art Studio (Tunisie) s’associent pour lancer la première DJ Academy for girls dans la région MENA.  Grâce à la plateforme mise en place à La Fabrique des ateliers de DJing pour les filles en Tunisie sont proposés.

D’ailleurs, le coup d’envoi de la DJ Academy for girls a été marqué par une soirée de réseautage le vendredi 1er Mars 2019.  Ont été réunies les futures DJette et un large public du milieu artistique et culturel accompagnée d’un DJ set de la Djette Danoise Tia.

Cet événement sera  suivi d’un atelier de DJ qui se tiendra du 2 au 8 Mars pour 15 jeunes femmes qui  suivront une formation. Celle-ci portera sur le Djing, l’équipement, la sonorisation, la performance et la gestion culturelle.  

Dans un club de Tunis, à l’occasion de la Journée internationale de la femme, le 8 mars les futurs talents se produiront à travers une sélection de DJ exclusivement féminines.

Rencontrée lors de cet événement, Tia Korpe, fondatrice et directrice de Future Female Sounds a souligné que l’objectif de cet atelier est de créer un incubateur qui génère de nouveaux talents féminins dans un domaine dominé par les hommes.  

DJ Academy for Girls

Par ailleurs, Olfa Arfaoui, cofondatrice de la Fabrique et manager artistique,  explique qu’une plateforme pour Djettes avec des master class et des opportunités de réseautage a été mis en place. Elle précise dans ce contexte : «Nous avons besoin de plus de femmes dans l’industrie de la musique, qui est reste dominée par les hommes. DJ Academy for Girls est une expérience unique qui change la vie, qui encourage les jeunes femmes. Elle inspire la prochaine génération de nouveaux talents pour créer un espace plus inclusif sur la scène musicale » 

Et d’ajouter:  » Tout comme il est important d’instaurer un dialogue nord sud et sud sud entre les acteurs culturels avec des partenariats artistiques. Et déconstruire les stéréotypes autour d’un métier majoritairement masculin ». Plus de 30 candidatures pour cette première édition. D’autres  talents suivront un workshop d’une semaine pour apprendre à mixer à promouvoir leur musique et leur brand.

Un métier à valoriser !

Pour sa part, la DJ Rim a décidé de briser certains tabous de la profession en évoquant le manque de reconnaissance de ce métier.  Elle confie: « C’est tout un système. La vie nocturne a ses avantages et ses inconvénients. Il suffit de s’imposer. Avoir du caractère surtout ».

La musique réunit tout le monde. Quant à la rémunération cela va de 150 à 1000 dinars pour une soirée selon les compétences et surtout la notoriété, nous explique la DJ Rim.

Au-delà des difficultés du métier, être derrière les platines c’est son bonheur. D’ailleurs son bonheur « Ouvrir un label de Dj où le véritable objectif d’instaurer la culture aux Tunisiens est de savoir comment faire la fête dans la journée ».

Elle conclut: « C’est vraiment mon  objectif. Quand je vois les autres clubs dans certains pays de l’Europe, les gens font la fête à 10h du matin  dans des clubs, et c’est toujours bondé. En clair, le plus important est d’être original ». 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here