Secteur privé: un ras-le-bol qui se généralise !

secteur privé-emploi-tunisie

Le 17 janvier 2019, l’UGTT a organisé une grève générale dans la fonction publique, après l’échec des négociations avec le gouvernement concernant les augmentations salariales.

Samedi 19 janvier, l’UGTT a décidé de décréter une grève générale les 20 et 21 février prochains pour réagir à la “passivité du gouvernement”.

Le 17 janvier, ce sont les employés du secteur privé qui ont travaillé. Ces derniers se sentent pris en étau. Pas de moyens de transport, pas d’administrations et une situation salariale plus dégradée que celle du secteur public. Les salariés du privé souffrent car ils sont les laissés-pour-compte du secteur de l’emploi. Les dirigeants leur parlent de productivité, de performance et d’exemplarité sans qu’ils bénéficient, toutefois, des augmentations salariales qui compensent la dégradation de leur niveau de vie. Ne sont-ils pas les plus à plaindre en fin de compte? 

Pour illustrer ce ras-le-bol, Alimi Dhia responsable commercial d’une compagnie de Leasing a publié un post qui a été massivement partagé sur les réseaux sociaux .

Lettre à l’honorable Peuple :

Nous les employés du secteur privé, nous devons travailler parce que sinon notre entreprise fera faillite et nous perdrons notre boulot.

La relation entre nous et le travail est devenue plus complexe que celle uniquement relative au salaire.   

Nous les employés du secteur privé, nous ne pouvons pas nous absenter parce que nous avons une responsabilité qui n’attend pas, le jour où notre enfant est malade nous n’avons pas de paye et les jours fériés nous en gardons des souvenirs d’enfance.

Nous les employés du secteur privé, nous ne travaillons pas seulement 8 heures par jour , nos responsabilités nous imposent plus.  

Nous les employés du secteur privé, nous devons produire. Notre salaire en dépend.

Nous les employés du secteur privé,nous sommes des soldats sans arme, notre engagement et exemplarité en témoignent.

Nous les employés du secteur privé, nous portons le pays sur nos épaules, nous sommes le nerf de la guerre économique et du développement.

N’oublions pas toutefois que le secteur public a été un moteur de développement économique après l’indépendance .

Rappelons que le 17 janvier, le jour de la grève générale, les employés du secteur privé ont démontré leur patriotisme et leur sens du devoir. Privés de moyens de transport en commun  ils ont pris des taxis pour aller à leur travail. Ils n’ont pas laissé le pays sombrer davantage!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here